3 min de lecture Primaire Les Républicains

Primaire de la droite : d'où vient "Ali Juppé", le surnom dénoncé par Alain Juppé ?

ÉCLAIRAGE - Le maire de Bordeaux, régulièrement accusé de complaisance envers l'islam radical, est la cible de nombreuses attaques en pleine primaire de la droite et du centre.

Alain Juppé
Alain Juppé Crédit : AFP
Claire Gaveau
Claire Gaveau
Journaliste RTL

Alain Juppé, alias "Ali Juppé". Un "surnom" qui revient régulièrement dans la bouche des détracteurs de l'ancien premier ministre. Sur les réseaux sociaux, certaines personnes mènent une campagne de désinformation afin de dénoncer une supposée complaisance du maire de Bordeaux envers l'islam politique. Et l'édile bordelais de dénoncer une "campagne de caniveau" et "ignominieuse".

Au micro de RTL, l'ancien premier ministre, aujourd'hui outsider de la primaire, est revenu sur ces attaques : "Je voudrais attirer l'attention sur le Juppé-bashing. Qui a protesté contre l'odieuse campagne dont j'ai été l'objet pendant des mois ? On m'a d'abord accusé d'avoir construit à Bordeaux une gigantesque mosquée qui n'existe pas. Ensuite on m'a rebaptisé Ali Juppé, le grand mufti de Bordeaux, et dans la dernière période, j'ai été complice des salafistes et des antisémites".

"Cette histoire de mosquée, ça le met dans une colère noire", glissent certains de ses conseillers dans Libération. Il faut dire que cela dure depuis de nombreux mois. Si elle a émergé à Bordeaux, cette campagne a aujourd'hui une retombée nationale. De là à avoir des conséquences notables sur la primaire de la droite et du centre ? C'est ce que sous-entend le maire de Bordeaux, longtemps grand favori des sondages, avant d'être distancé dans les urnes par François Fillon, dimanche 20 novembre.

Qui est à l'origine de cette campagne ?

À l'origine de cette campagne, certains sites de la "fachosphère". "Les intox sont principalement relayées sur des nouveaux médias hyper-militants, consommateurs de sujets que les théoriciens de l'extrême droite, nomment la réinformation", détaille France info. L'une des sources les plus prolifiques : Ripose laïque, qui annonce sur son site militer "pour la défense de la laïcité et des principes de tolérance mutuelle". 

À lire aussi
Gérard Larcher et Emmanuel Macron, à Paris le 19 septembre 2018 Gérard Larcher
Présidentielle 2022 : Gérard Larcher pense à se présenter

Depuis le premier tour de la primaire de la droite et du centre, le site a publié différents articles au titre explicite : "Une semaine pour en finir avec Ali Juppé, le candidat des mosquées" (le 20 novembre), "Il faut éradiquer Juppé du paysage politique français" (le 22 novembre), "Juppé au service de la gauche contre Fillon" (le 22 novembre) ou encore "Éliminer Juppé : nous y sommes presque parvenus, encore un effort" (le 23 novembre). 

Des articles qui trouvent un écho important sur les réseau sociaux. Les textes s'accompagnent de caricatures sur lesquelles Alain Juppé apparaît grimée avec de longues barbes. Ces dernières pourraient avoir vu le jour sur le site américain Reddit, selon France info.

Pourquoi une telle campagne ?

Cette campagne de désinformation dépasse largement le seul cadre de la primaire. Elle remonte en effet aux années 2000. Un projet de centre culturel et cultuel musulman avait enflammé les débats. Alain Juppé, qui ne s'opposait pas à ce projet, est devenu la cible numéro un de l'extrême droite. Le groupuscule Génération identitaire et le Front national dénonçaient alors la position de l'édile, accusé de vouloir financer la construction d'une mosquée, détaille Libération.

L'offensive se poursuit année après année et s'intensifie à l'approche de chaque élection, comme ça a été le cas lors des municipales en 2014 ou encore des régionales en 2015. Les accusations vont encore plus loin avec la mise en lumière de liens avec l'imam bordelais Tareq Oubrou. "Obrou est membre de l’Union des organisations islamiques de France (l’UOIF), vitrine française des Frères musulmans. L’homme entretient de cordiales relations avec le maire de Bordeaux. Il n’en fallait pas plus pour que ce dernier soit accusé de connivence avec le fondamentalisme musulman - voire d’antisémitisme", explique le quotidien. Des relations qui ont inspiré Riposte laïque, qui publiait un article en juillet dernier : "Tareq Oubrou serait-il le premier ministre d'Ali Juppé ?"

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Primaire Les Républicains Alain Juppé Islam
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants