1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Présidentielle 2022 : quand la débâcle du PS attriste Les Républicains
2 min de lecture

Présidentielle 2022 : quand la débâcle du PS attriste Les Républicains

DÉCRYPTAGE - Les Républicains assistent à la chute du Parti socialiste, à quelques semaines de l'élection présidentielle. "Le bon vieux clivage gauche-droite, c'était pas mal", se désole un élu LR.

Olivier Faure et Anne Hidalgo, le 28 août 2021
Olivier Faure et Anne Hidalgo, le 28 août 2021
Crédit : JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP
Marie-Pierre Haddad

Adversaires politiques et en même temps compagnons de route de la Vème République. Plus la date du premier tour de l'élection présidentielle se rapproche, plus la gauche apparaît divisée. La multiplication des candidatures et l'échec de la primaire populaire à rassembler plongent le Parti socialiste dans l'incertitude. 

Tout cela sous les yeux de son rival historique, Les Républicains. Le parti présidé par Christian Jacob observe, avec distance, la lente chute du Parti socialiste et ne peut s'empêcher d'être dépité par le spectacle politique offert. 

Dans une tribune publiée dans L'Express, l'ancien ministre Jean-François Copé propose une analyse pour tenter d'expliquer le délitement du PS. "Au fil des années, abandonnant le terrain des conquêtes sociales, le PS s'est dilué dans des combats qui l'ont éloigné de sa légitimité historique, sans rapport avec la définition d'un parti de gouvernement imaginatif mais responsable, au milieu d'une nébuleuse extrémiste qui l'a privé de tout espace pour exister et se faire entendre d'une majorité de Français", a-t-il expliqué. 

C'est très triste qu'un grand courant politique disparaisse

Un ténor Les Républicains

Fervent défenseur du clivage gauche-droite, mis à mal par Emmanuel Macron, un ténor Les Républicains juge la chute du Parti socialiste "assez terrifiante". "C'est très triste qu'un grand courant politique disparaisse. L'idéologie existe toujours, mais l'expertise politique disparaît. Anne Hidalgo a radicalisé son discours, elle s'est plantée", ajoute-t-il. 

À lire aussi

Un élu Les Républicains estime quant à lui qu'il s'agit d'un "énorme gâchis". "Je suis triste de ce qu'est devenue la gauche de gouvernement aujourd'hui. Le PS a une histoire, des élus dans des villes, des départements, des régions. On le connaît bien sur nos territoires. C'est un courant de pensée. Le bon vieux clivage gauche-droite, c'était pas mal", se désole-t-il un brin nostalgique. 

Tensions entre Anne Hidalgo et Olivier Faure

Dans les rangs du PS justement, la question d'un retrait d'une candidature d'Anne Hidalgo se pose depuis plusieurs semaines. La candidate, elle, a fait savoir à plusieurs reprises qu'elle ferait campagne jusqu'au bout. Mais peu à peu, ses soutiens prennent leurs distances. 

A l'image d'Olivier Faure. Comme le rapporte la newsletter Playbook ce jeudi 3 février, un rendez-vous en visio aurait tourné aux règlements de comptes contre le premier secrétaire du Parti socialiste. La maire de Lille Martine Aubry a sonné la charge. "Aubry a fait du Aubry. Il s’est fait engueuler. Il s’est pris une chasse devant 150 personnes", a rapporté un cadre présent auprès de Playbook.

C'est alors qu'Anne Hidalgo est intervenue pour enfoncer le clou. Selon un des soutiens de la candidate "tout ça est très injuste" pour Olivier Faure. "Dans le fond, il a dit la vérité. Il n’aurait juste pas dû le dire dans ce genre de réunion…", a-t-il estimé.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/