1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Présidentielle 2022 : Nicolas Sarkozy favorable à une primaire de la droite
1 min de lecture

Présidentielle 2022 : Nicolas Sarkozy favorable à une primaire de la droite

Info RTL INFO RTL - L'ancien chef de l'État s'est prononcé pour ce mode de désignation, "faute de mieux", selon l'un de ses proches. Une prise de position qui n'arrange pas les affaires de Xavier Bertrand.

Nicolas Sarkozy, le 20 mai 2019
Nicolas Sarkozy, le 20 mai 2019
Crédit : ERIC PIERMONT / AFP
Un air de campagne du 08 septembre 2021
02:44
Nicolas Sarkozy favorable à une primaire à droite
02:44
- édité par Léa Stassinet

La question de la primaire agite toujours la droite. Une primaire qui pourrait avoir un défenseur insoupçonné en la personne de... Nicolas Sarkozy. Selon nos informations, l'ancien chef de l'État est "pour la primaire faute de mieux", assure l'un de ses lieutenants.

Son entourage martèle qu'il ne veut pas rentrer dans le "yakafokon", mais précise qu'"à partir du moment où il n'y a pas d'évidence sur un candidat, il ne faut pas balayer la primaire d'un revers de main". Nicolas Sarkozy a pourtant de quoi garder un souvenir très amer de ce type de compétition : en 2016, il avait fini 3e, pas qualifié au second tour, battu par François Fillon et Alain Juppé.

La grande primaire ouverte à tous les électeurs n'a pas forcément ses faveurs, mais a minima un vote des militants, voire élargi aux sympathisants pour départager les prétendants est "inévitable" dixit l'un de ses amis.

En tout cas, Nicolas Sarkozy ne devrait pas décourager Jean Leonetti qui est chargé d'organiser au mieux la compétition à droite. Les deux hommes doivent se voir ce mercredi matin.

Une mauvaise nouvelle pour Xavier Bertrand

À lire aussi

Nicolas Sarkozy qui réactive l'idée de la primaire, ce n'est pas vraiment une bonne nouvelle pour Xavier Bertrand. Ça accentue la pression contre son cavalier seul. Si Xavier Bertrand avait fait la course en tête, loin devant les autres, Nicolas Sarkozy n'aurait pas trouvé une primaire utile. Cela prouve une chose : l'ancien président considère, comme beaucoup à droite, que Xavier Bertrand n'a pas tué le match, et que d'autres candidatures sont tout aussi légitimes. Celle de Valérie Pécresse par exemple, ou de Michel Barnier, tous deux partis plus tard en campagne. 

Nicolas Sarkozy n'a d'ailleurs pas l'intention de soutenir un candidat plutôt qu'un autre pour l'instant. C'est pour ça qu'il reçoit absolument tout le monde : pas de jaloux et que le meilleur gagne. 

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/