1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Présidentielle 2017 : Dominique de Villepin avertit la droite et Fillon
1 min de lecture

Présidentielle 2017 : Dominique de Villepin avertit la droite et Fillon

INVITÉ RTL - L'ancien premier ministre prévient François Fillon que la présidentielle "n'a rien à voir" avec la primaire de la droite.

Dominique de Villepin était l'invité de RTL le 12 décembre 2016
Dominique de Villepin était l'invité de RTL le 12 décembre 2016
Crédit : Sabrina Alili/RTL
Dominique de Villepin était l'invité de RTL le 12 décembre 2016
10:51
Dominique de Villepin : "Emmanuel Macron est une start-up politique"
00:46
Dominique de Villepin : "Si la droite se rétrécit sur son socle, elle n'a aucune chance de gagner"
01:49
Dominique de Villepin sur la Syrie : "Il faut parler avec tout le monde"
04:14
Dominique de Villepin : "Macron peut bousculer Le Pen et Fillon"
11:03
Julien Absalon
Julien Absalon

"Si la droite rétrécit sur son socle, elle n'a aucune chance à la présidentielle". C'est un avis qui sonne comme une alerte. Deux semaines après le verdict de la primaire de la droite, Dominique de Villepin se montre plutôt réservé concernant la stratégie adoptée par François Fillon, qui compte bien ne pas amender son programme lui ayant permis de battre Alain Juppé. "Le vainqueur de la primaire peut avoir la tentation de ne rien changer et de continuer à vouloir mener le combat des primaires. Je pars du principe que le combat de la présidentielle n'a rien à voir avec le combat des primaires", prévient l'ancien premier ministre de Jacques Chirac.

Dominique de Villepin plaide donc pour une "stratégie d'ouverture la plus englobante possible" afin de parler "à tous les Français" et de montrer une capacité à "faire mouvement" durant la campagne. "Il faut convaincre au-delà de la droite", affirme-t-il, estimant qu'il faut dissocier l'idée de "ne rien changer sur ses convictions" et celle de "prendre en compte la réalité qui bouge".

Sans se montrer très explicite, Dominique de Villepin se dit quelque peu inquiet de la volonté de François Fillon de supprimer 500.000 postes de fonctionnaires : "L'État est très important. Je crois qu'il faut avoir une vision modernisatrice de l'État, mais il ne faut surtout pas le mettre en danger. (...) On voit bien sur la planète, les pays qui s'en sortent sont des pays qui sont des États forts, des États structurés, capables d'apporter des réponses".

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/