1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Présidentielle 2017 : Jacques Cheminade était l'invité de RTL
1 min de lecture

Présidentielle 2017 : Jacques Cheminade était l'invité de RTL

INVITÉ RTL - Le candidat à l'élection présidentielle a répondu aux questions d'Elizabeth Martichoux, lundi 17 avril.

"Le Grand Débat" : Jacques Cheminade
"Le Grand Débat" : Jacques Cheminade
Crédit : LIONEL BONAVENTURE / AFP
Jacques Cheminade sur RTL : "Mélenchon a plus de talent que Le Pen"
00:00:29
Jacques Cheminade est l'invité de RTL
00:14:42
Jacques Cheminade sur RTL : "Mélenchon a plus de talent que Le Pen"
00:14:46
Marie-Pierre Haddad & AFP

Jacques Cheminade a déclaré que le but de sa candidature à l'élection présidentielle était d'être un "éclaireur", afin de révéler chez les Français leur besoin de changement et d'"éviter" des guerres créées par le monde de la finance. "Je viens dire qu'on est à un moment de l'histoire où les Français remettent en cause la démocratie de l'entre-soi. Il n'y a pas de renouvellement réel des hommes ou des idées", a-t-il déclaré au micro de Radio classique, estimant que ses adversaires étaient "l'émanation de l'ancien système". 

"Le but de ma candidature, c'est d'être un éclaireur, d'éviter que dans le monde qui vient, il y ait le désordre, la guerre de tous contre tous. Au contraire, il faut qu'il y ait une vision commune. En ce sens, je ne serai pas un prophète de malheur mais un prophète de bonheur, a-t-il défendu. Avec ce système, l'euro est devenu la courroie de transmission de l'ordre financier de l'ordre monétaire international, et pas une force du peuple, pour le peuple, au service du peuple".

L'ancien diplomate propose ainsi de "revenir à un crédit national" et d'"orienter le système financier vers le futur", regrettant que les "technologies du futur" soient aujourd'hui utilisées "pour traiter le travail comme un coût ou une variable d'ajustement". Jacques Cheminade, conscient de ses faibles chances de se qualifier pour le second tour, a indiqué qu'il voterait probablement blanc, quelle que soit la configuration du tête-à-tête final. "Si Macron change, s'il défend une réforme du système bancaire et ne sert plus les intérêts financiers, pourquoi pas", a-t-il néanmoins déclaré, tout en doutant que le leader d'En Marche ! puisse véritablement changer. 

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/