3 min de lecture Présidentielle 2017

Présidentielle 2017 : comment Fillon veut adoucir son programme et son image

ÉCLAIRAGE - Après le temps des affaires, le candidat Les Républicains souhaite rebondir en développant son projet... autrement.

François Fillon lors de sa conférence de presse, le 6 février 2017
François Fillon lors de sa conférence de presse, le 6 février 2017 Crédit : SIPA
Ludovic Galtier
Ludovic Galtier
Journaliste RTL

Du statut d'archi-favori de la campagne présidentielle au lendemain de sa victoire à la primaire de la droite il y a deux mois et demi, François Fillon est aujourd'hui un outsider en sursis. Le candidat Les Républicains, dont la campagne est engluée dans les affaires depuis le 24 janvier, date des premières révélations du Canard Enchaîné, accuse le coup. Il est désormais rétrogradé à la troisième place dans les sondages, largement derrière Marine Le Pen et Emmanuel Macron et quelques encablures à peine devant Benoît Hamon.

À un peu plus de 70 jours du drapeau à damier, ce passionné des 24 heures du Mans souhaite tant bien que mal de nouveau parler du fond, qui lui a permis de remporter la primaire de la droite, pour peser de nouveau dans cette campagne présidentielle décidément compliquée. Sur France Info, vendredi 10 février, Jean-Christophe Lagarde, président de l'UDI, soutien historique des Républicains, a lâché que "sur la Sécurité sociale, beaucoup de choses vont changer vous allez voir (...) Vous verrez qu'il y aura un nouveau projet, oui".

Largement contesté de toutes parts, le projet de réforme de l'assurance-maladie, qui prévoyait de conditionner le remboursement des soins à leur gravité, a été remis à plat à la mi-décembre, alors que jusque-là, aucun élément ne le laissait entendre. À l'époque, François Fillon, droit dans ses bottes, estimait que "pour assurer la pérennité de notre système de santé, je propose de (...) focaliser l'assurance publique universelle sur des affections graves ou de longue durée, et l'assurance privée sur le reste. Les moins favorisés ne pouvant accéder à l'assurance privée bénéficieront d'un régime spécial de couverture accrue". La proposition avait été retirée de son site internet.

Une entreprise d'adoucissement entamée à la Villette le 29 janvier

Hormis ce réajustement sur la santé, François Fillon devrait à présent se concentrer sur la forme de son discours. Il s'agit pour le candidat de présenter le même programme mais différemment. Au sein même des Républicains, on lui conseillait de donner davantage d'espoir aux Français. L'entreprise d'adoucissement de son programme a débuté le 29 janvier à la Villette, à l'occasion de son meeting de lancement de campagne.

À lire aussi
Jean-Marie Le Pen, l'ancien président et cofondateur du Front national. présidentielle 2017
Pourquoi l'État va rembourser 4,2 millions d'euros à Jean-Marie Le Pen

Finie la "rupture radicale" promise le soir de sa victoire à la primaire, François Fillon a apporté ce jour-là une dimension sociale à son projet en ambitionnant de faire de la France "le pays du dialogue social", en annonçant l'augmentation de 300 euros par an des retraites inférieures à 1.000 euros et l'augmentation de 600 euros par an des petites pensions de réversion ou en se présentant comme le défenseur de la fonction publique.

Ses détracteurs, comme ses amis, lui reprochaient jusque-là d'aborder la question seulement d'un point de vue quantitatif avec sa proposition de suppression de 500.000 postes de fonctionnaires en cinq ans. "Je suis l’ennemi de la bureaucratie mais je ne suis pas celui des fonctionnaires. Il y a peu de tâches aussi nobles que celles du professeur, de l’infirmière, du magistrat, du soldat, du policier", lançait-il à leur propos.

Il faudra arrondir

François Fillon
Partager la citation

Un adoucissement dans la forme plus que dans le fond, confirme Guillaume Roquette, éditorialiste au Figaro, le 7 février sur RTL. "Il n'a pas décidé d'adoucir son projet pour la France (...) Il a dit je ne suis pas là pour imposer une purge à la France, je suis là pour améliorer la situation. Il le présente différemment mais sur le fond, il ne le change pas", explique l'éditorialiste. Pour lui, ce qui est nouveau c'est que "ce n'est plus le même François Fillon. Il n'y a plus de doutes c'est lui le patron, il n'y a pas de plan B."

À l'aune des affaires qui rendent inaudible sa campagne, le candidat des Républicains, qui se félicitait jusque-là d'être irréprochable, ne peut plus promettre uniquement du sang et des larmes à ses électeurs. Pour lancer "la nouvelle campagne" qu'il appelle de ses vœux, François Fillon confiait au Monde le 9 février qu'"il faudra arrondir", estimant qu'on "le trouve un peu raide".

Pas question toutefois de complètement changer sa personnalité. "Je ne veux pas gagner pour gagner mais gagner pour redresser le pays". Envers et contre tout, le candidat défend son leitmotiv : "la solidité et la stature" feront la différence. Un changement de ton et d'image que François Fillon aborde donc dans la douleur.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Présidentielle 2017 François Fillon Penelope Fillon
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants