3 min de lecture Front national

Présidence du FN : un deuxième candidat s'est présenté face à Marine Le Pen

INTERVIEW - Après Éric Dillies, Jean-Pierre Hottinger, candidat aux législatives en 2017, a fait part de sa volonté d'affronter Marine Le Pen. La présidente du FN en titre est la seule candidate officielle à l'élection programmée en mars 2018.

Marine Le Pen, présidente du Front national, à Paris le 17 mai 2016
Marine Le Pen, présidente du Front national, à Paris le 17 mai 2016 Crédit : REVELLI-BEAUMONT/SIPA
109127536140888961261
Ludovic Galtier
Journaliste RTL

Un vent de contestation souffle au Front national. Si, d'un côté, les voix officielles s'enthousiasment, vantant les mérites d'une "refondation historique" post-présidentielle, de l'autre, les voix dissonantes, encore sous le choc du débat "raté" de Marine Le Pen face à Emmanuel Macron dans l'entre-deux-tours de la présidentielle, cherchent à se faire entendre. En ligne de mire, le congrès des 10 et 11 mars 2018, qui consacrera le leader du parti jusqu'en 2021. Le suspense est faible : Marine Le Pen est la seule candidate.

À première vue, il est vrai que la place de chef du parti n'intéresse personne. Invitée du Grand Jury RTL-Le Figaro-LCI en novembre, Marine Le Pen se désespérait même de l'absence d'adversaire. "Il n'y a pas eu d'autres candidats à la présidence du mouvement. Mais ça peut être le cas la prochaine fois", expliquait-elle. 

La cheffe du parti - depuis 2011 - avait seulement omis de préciser qu'Éric Dillies, conseiller régional à ses côtés dans les Hauts-de-France, avait déposé sa candidature le 20 octobre. Il réclame au passage un report de la date limite (21 octobre) et une modification des conditions de candidatures (le dépôt de 20 parrainages de secrétaires départementaux).

À lire aussi
Thierry Mariani, le 14 février 2017 à l'Assemblée nationale. Rassemblement national
Les actualités de 6h30 - Les Républicains : après Mariani, une vague de départs pour le RN ?

Jean-Pierre Hottinger, "candidat libre"

Le Lillois n'est visiblement pas le seul à contester les méthodes de Marine Le Pen et son entourage. Jean-Pierre Hottinger, candidat FN aux élections législatives dans la 7e circonscription des Français de l'étranger en juin 2017, a, lui aussi, fait part de son intérêt pour l'élection du printemps auprès de Nanterre.

Jean-Pierre Hottinger s'est déclaré "candidat libre" à la présidence du Front national.
Jean-Pierre Hottinger s'est déclaré "candidat libre" à la présidence du Front national. Crédit : Jean-Pierre Hottinger

Cet ancien président de la chambre de commerce franco-tchèque a envoyé par mail une candidature libre début décembre, s'étonnant de "l'absence d'informations" sur les modalités de l'élection. "Je me présente maintenant officiellement comme candidat libre afin d’épauler Éric Dillies (dont la candidature ne remplit pas les conditions exigées par le FN, ndlr) dans son action, partager ses efforts (...) pour que Marine Le Pen ouvre à nouveau l’appel à candidature, prouve son sens démocratique et éloigne tout le grotesque de la situation actuelle", écrit-il dans un mail - que nous avons pu lire - adressé aux représentants du FN à l'étranger. 

Joint par RTL.fr, Jean-Pierre Hottinger explique avoir été "mis devant le fait accompli". Il conteste que "l'organisation de cette élection ait été faite sur mesure pour une candidate" et qu'un parti "qui se présente comme étant démocratique ne valide qu'une candidature unique" à une élection qui engage le FN "pour les quatre ans qui viennent".

La surprise de Jean-Pierre Hottinger, adhérent du parti depuis 2016, est d'autant plus grande que ce résident de Prague (République tchèque) aurait contribué à la rédaction d'un rapport "pour que le Front national puisse arriver un jour à la victoire". "Nous l'avons remis en mains propres à Marine Le Pen en septembre". Puis, silence radio.

Une candidature qui cherche à polluer l'ambiance

Édouard Ferrand, député européen FN, dans "Le Monde"
Partager la citation

Contacté par RTL.fr, Steeve Briois, secrétaire général du FN, n'a pas donné suite à notre demande d'entretien. Au téléphone, Sébastien Chenu, porte-parole du FN, n'imaginait, mi-novembre, aucun retour en arrière sur le sujet.

Seul le député européen frontiste, Édouard Ferrand, a réagi à l'initiative de Jean-Pierre Hottinger dans les colonnes du Monde. "C’est une candidature qui cherche à polluer l’ambiance plus qu’à être constructive dans la refondation du FN", conclut-il. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Front national Marine Le Pen
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7791385893
Présidence du FN : un deuxième candidat s'est présenté face à Marine Le Pen
Présidence du FN : un deuxième candidat s'est présenté face à Marine Le Pen
INTERVIEW - Après Éric Dillies, Jean-Pierre Hottinger, candidat aux législatives en 2017, a fait part de sa volonté d'affronter Marine Le Pen. La présidente du FN en titre est la seule candidate officielle à l'élection programmée en mars 2018.
https://www.rtl.fr/actu/politique/presidence-du-fn-un-deuxieme-candidat-s-est-presente-face-a-marine-le-pen-7791385893
2017-12-14 12:45:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/15OIzgcXYIsxAtGlnqAS1w/330v220-2/online/image/2016/0607/7783543015_marine-le-pen-presidente-du-front-national-a-paris-le-17-mai-2016.jpg