1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Pouvoir d'achat et retraites : qu'est-ce que le Conseil national de la refondation voulu par Macron ?
1 min de lecture

Pouvoir d'achat et retraites : qu'est-ce que le Conseil national de la refondation voulu par Macron ?

Emmanuel Macron souhaite enclencher le Conseil national de la refondation après les législatives pour répondre aux cinq enjeux de ce mandat. En quoi consiste-t-il ?

Emmanuel Macron, le 19 avril 2022
Emmanuel Macron, le 19 avril 2022
Crédit : LUDOVIC MARIN / AFP / POOL
Marine Derquenne & AFP

Emmanuel Macron a réuni hier soir, mardi 7 juin, ses ministres et la cheffe du gouvernement Élisabeth Borne pour préparer le "Conseil national de la refondation" que le président souhaite mettre en place après les législatives. Le Conseil réunirait les "forces politiques, économiques, sociales, associatives, des élus des territoires" mais aussi des citoyens tirés au sort", a-t-il expliqué. 

Cet organisme nouveau aura pour mission de répondre aux "cinq" objectifs du quinquennat Macron II : "l'indépendance (industrielle, militaire, alimentaire...), le plein-emploi, la neutralité carbone, les services publics pour l'égalité des chances et la renaissance démocratique avec la réforme institutionnelle", tel que l'a affirmé le président vendredi dernier. Le Conseil agira ainsi sur les priorités définies en début de mandat : le pouvoir d'achat, la santé, l'éducation, la transition écologique, ainsi que sur la réforme des retraites. Après une "première séquence de plusieurs jours", le Conseil se réunira dans le cadre de "rendez-vous réguliers".

Les syndicats invités à l'Élysée pour en discuter

Le Conseil a vocation à associer pleinement les organisations syndicales aux réformes à venir. Mais Frédéric Souillot, le nouveau secrétaire général de Force ouvrière, ne semble pas décidé à y participer : "comme dirait le Général de Gaulle, on va encore créer un machin", a-t-il déploré sur RTL le 6 juin dernier. Ce dernier est d'ailleurs invité à un déjeuner à l'Élysée vendredi 10 avril prochain avec Emmanuel Macron ainsi que d'autres leaders des cinq organisations syndicales représentatives, tel que Laurent Berger (CFDT), Philippe Matinez (CGT), François Hommeril (CFE-CGC) et Cyril Chabanier (CFTC). Au menu des discussions : le Conseil national de la refondation.

Le secrétaire général de la CGT a fait savoir qu'il ne répondrait pas à cette invitation. "Cela ressemble à un déjeuner de campagne à deux jours du premier tour des élections législatives", a-t-il expliqué aux Echos.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire