1 min de lecture Élections européennes

Pourquoi la Une du "Figaro Magazine" a beaucoup amusé les Républicains

Le magazine a choisi de mettre en avant François Bellamy, tête de liste LR aux Européennes, accompagné d'un titre issu d'un slogan signé... Laurent Wauquiez.

Pauline de Saint-Remy Les Indispensables Pauline De Saint-Rémy iTunes RSS
>
Pourquoi la Une du "Figaro Magazine" a beaucoup amusé dans les rangs des Républicains Crédit Image : SEBASTIEN BOZON / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Pauline de Saint-Remy
Pauline De Saint-Rémy
édité par Léa Stassinet

François-Xavier Bellamy, tête de liste LR aux élections européennes a eu les honneurs du Figaro Magazine cette semaine. Regard perçant sur fond noir, cravate bien serrée et mine plutôt sérieuse, il fixe la caméra tout en reboutonnant sa veste. Un portrait en mode conquérant, donc, barré de ce titre, qui vous rappellera peut-être quelque chose : "La Droite est de retour".

Souvenez-vous fin 2017 c’était le cri de victoire de Laurent Wauquiez juste après son élection à la présidence du parti. Un an et demi plus tard seulement donc, taquin, le magazine lui donne raison, mais sans lui en rendre grâce pour autant. "C’est terrible !", m’a lâché, mort de rire, un sénateur LR à qui j’en parlais hier. 


N'empêche que les sondages sont plutôt meilleurs pour la liste menée par François-Xavier Bellamy. Le même sénateur dont je vous parle se frottait d'ailleurs les mains, hier, comme la plupart de ses collègues, en voyant le jeune professeur de philosophie franchir pour la première fois le seuil de 15,5% d’intentions de vote dans le sondage quotidien Ifop pour Paris Match

Va-t-il se confronter à un plafond de verre ?

On glose même désormais sur les qualités du jeune candidat, surtout chez ceux qui ne l’ont pas vu venir, comme cet autre élu du palais du Luxembourg, fasciné par l'air juvénile et par le regard de François-Xavier Bellamy : "Il dit je t’aime ou je t’emmerde il change pas de tête !". Bref, vous l’avez compris l’heure est à l’optimisme. Mais pas question pour autant de s’emballer, les plus anciens du parti en sont convaincus : "Il y a un plafond de verre", et 15%, "c’est déjà bien payé", confie par exemple un sarkozyste. L’objectif, maintenant, c’est "d’aller chercher le centre-droit", de "desserrer l’étau entre le RN et En Marche".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Élections européennes Les Républicains Laurent Wauquiez
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants