2 min de lecture Société

PMA pour toutes : pourquoi le gouvernement repousse (encore) le projet de loi

ÉCLAIRAGE - Emmanuel Macron avait promis, lors de la campagne présidentielle, d'étendre la PMA à toutes les femmes et les couples de femmes. Depuis, la révision de la loi de bioéthique ne cesse d'être repoussée.

Des partisans de la PMA défilant à Paris lors de la Pride, le 29 juin 2017
Des partisans de la PMA défilant à Paris lors de la Pride, le 29 juin 2017 Crédit : AFP / Lionel Bonaventure
Marie-Pierre Haddad
Marie-Pierre Haddad
et AFP

La PMA pour toutes, une promesse de campagne d'Emmanuel Macron, difficile à mettre en place ? Marc Fesneau, le ministre en charge des Relations avec le Parlement, a fixé le 4 mars "un horizon de douze mois" pour une adoption définitive par le Parlement de l'extension de la PMA (procréation médicalement assistée ndlr) aux couples de femmes et aux femmes seules. 

Initialement prévue au Parlement avant fin 2018, la révision de la loi de bioéthique avait été repoussée en raison, selon l'exécutif, de l'encombrement du calendrier parlementaire. En janvier, Agnès Buzyn, la ministre de la Santé avait indiqué que le projet de loi de bioéthique, dont le point le plus sensible est l'extension de la PMA, serait présenté en Conseil des ministres en juin

À ceux qui pointent un énième recul, le ministre répond : "L'engagement sera tenu sur la PMA". "Ce n'est pas repoussé en tant que tel", avait-il dit un peu plus tôt à LCI : "On verra en terme de calendrier, mais ce sera fin d'année 2019, deuxième semestre 2019, et si ça déborde, ça déborde". 

Le gouvernement a fait le choix de donner le temps du débat

Marc Fesneau
Partager la citation

Marc Fesneau insiste sur le fait que le projet de loi de bioéthique, où figurera cette mesure emblématique, "sera en Conseil des ministres avant l'été comme prévu". Et ensuite "il suivra son chemin parlementaire", a ajouté le ministre MoDem à l'AFP.  Cependant, il n'y aura pas de procédure accélérée devant les deux chambres, comme de coutume sur les sujets sociétaux.

À lire aussi
Une femme testant différents parfums (illustration) cosmétiques
Parfums : des marques de luxe épinglées pour un risque cancérigène

"On a besoin sur ces sujets de nourrir la réflexion des citoyens sur un champ dépassionné, on a trop œuvré dans la passion, on a besoin de se faire une opinion commune", avait-il dit, soulignant que "le gouvernement a fait le choix de donner le temps du débat". L'agenda pourrait de nouveau être bousculé par la nécessité de traduire dans la loi des mesures issues du grand débat national

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Société PMA Emmanuel Macron
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants