1 min de lecture Insolite

Pénurie de médecins : une maire interdit par arrêté les décès le week-end

La maire d'une commune située dans la Loire a pris un arrêté insolite, le 6 décembre 2019, en interdisant à ses habitants de mourir chez eux les week-ends et jours fériés. L'élue souhaite ainsi dénoncer la pénurie des médecins.

La commune de La Gresle a pris un arrêté insolite le 6 décembre en interdisant à ses habitants de mourir les week-ends.
La commune de La Gresle a pris un arrêté insolite le 6 décembre en interdisant à ses habitants de mourir les week-ends. Crédit : Capture d'écran Google Street View
Lilas Fournier Journaliste

Interdiction de mourir le week-end ! Isabelle Dugelet, maire de La Gresle (Loire), a pris ce vendredi 6 décembre un arrêté interdisant aux habitants de sa commune de décéder les samedis, dimanches et jours fériés. L'élue, veut en réalité, dénoncer le manque de médecins dans sa région. 

"Un décès récent un dimanche midi a apporté la preuve de l’absurdité d’un système auquel le maire répond par un arrêté absurde", a précisé Isabelle Dugelet, dans un communiqué.  "Derrière l’arrêté provocant, interdisant de mourir à domicile les week-end et jours fériés, se cache la grande détresse de nombreux habitants en raison de la situation médicale de notre secteur. Ce sont tous les personnels de santé qui s’épuisent, comme les quelques docteurs qui continuent vaillamment à assurer leur mission, pour combien de temps encore…", peut-on lire dans son message.

Isabelle Dugelet avait mis plus de deux heures, le 1er décembre, à trouver un médecin pour constater le décès d'un résident de sa commune, a expliqué le quotidien Le Progrès. "C’est un manque de respect pour le défunt et pour les familles", a-t-elle asséné.  La maire a souhaité dénoncer une "situation sanitaire catastrophique" dans sa commune et les villages voisins. Elle a en effet expliqué que la zone comptait trop peu de médecins, obligeant les habitants à parcourir des kilomètres pour se faire soigner. Selon elle, la santé représente un "enjeu majeur des zones rurales". En effet, depuis 2010, l'Hexagone a perdu 6.500 médecins, selon les chiffres du Conseil national de l'Ordre. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Insolite Faits divers Loire
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants