1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Pegasus et "antisémitisme": accrochage à l'Assemblée entre LFI et un député UDI
2 min de lecture

Pegasus et "antisémitisme": accrochage à l'Assemblée entre LFI et un député UDI

La simple évocation de l'application Pegasus, soupçonnée d'avoir espionné notamment Emmanuel Macron, a entraîné un vif accrochage entre des députés à l'Assemblée nationale.

Illustration d'un smartphone devant la siège de NSO, entreprise ayant développé le logiciel "Pegasus", à Herzliya, près de Tel Aviv.
Illustration d'un smartphone devant la siège de NSO, entreprise ayant développé le logiciel "Pegasus", à Herzliya, près de Tel Aviv.
Crédit : JACK GUEZ / AFP
AFP
Journaliste

Pegasus est arrivé jusqu'aux bancs de l'Assemblée nationale. Ce jeudi, l'évocation du logiciel d'espionnage conçu en Israël a entraîné un échange verbal tendu entre le député Meyer Habib et des membres du groupes La France insoumise. Ces derniers ont été accusés "d'antisémitisme" par le député de la 8ème circonscription des Français établis hors de France. 

L'accrochage a eu lieu au cours de l'examen d'un texte renforçant notamment les outils technologiques du renseignement français. Le député Ugo Bernalicis (LFI) a concentré ses interventions sur "le scandale" du logiciel élaboré par la société israélienne NSO, au cœur d'une enquête d'un consortium de médias autour de possibles écoutes par le Maroc de personnalités françaises, dont le président Macron et son collègue député Adrien Quatennens.

Des propos "intolérables et mensongers" ?

À la suite de cette prise de parole, Meyer Habib, franco-israélien, a souligné qu'à ses yeux le problème venait de l'utilisation inappropriée de ce logiciel, pas de sa conception en soi, qui pouvait être bénéfique dans la lutte antiterroriste. Ainsi, selon lui, "avec ce genre de logiciel", les Israéliens avaient aidé la France à déjouer un projet d'attentat sur son sol soutenu par l'Iran, à Villepinte au nord de Paris en 2018.

Ugo Bernalicis a alors accusé Meyer Habib de "faire le malin". "Je me demande comment il obtient ce genre d'information lui-même", a-t-il ajouté. Par la suite,  Alexis Corbière, député La France insoumise a alors affirmé avoir entendu M. Habib "hurler des insultes et notamment traiter une de nos collègues 'd'antisémite'". Il a dénoncé des propos "intolérables et mensongers" émanant d'un député "violent" et "en voie de radicalisation antiparlementaire". Et réclamé des "sanctions", en saisissant la présidence de l'Assemblée.  

À lire aussi

"Lorsqu'on parle d'un logiciel israélien très performant et qui permet d'arrêter certains attentats terroristes, là j'ai été mis en cause, ça suffit leur obsession des juifs et leur obsession d'Israël", a répliqué en séance Mayer Habib. Le député UDI a ajouté que le patron de LFI, Jean-Luc Mélenchon, avait "accusé les juifs" pour la défaite du travailliste britannique Jeremy Corbyn en 2019. "La haine d'Israël, les dérapages antisémites, c'est l'ADN Mélenchon", avait-il auparavant affirmé dans un tweet.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/