2 min de lecture François Hollande

Pacte de responsabilité : Hollande mis en garde par l'aile gauche du PS

Certains représentants de l'aile gauche du Parti socialiste (PS) s'alarment des propositions "déséquilibrées" avancées pour le Pacte de responsabilité.

L'aile gauche du PS s'inquiète de la politique économique menée par le chef de l'État
L'aile gauche du PS s'inquiète de la politique économique menée par le chef de l'État Crédit : AFP / Kenzo Tribouillard
micro générique
La rédaction numérique de RTL
et AFP

Dans un texte adressé au séminaire du PS consacré ce lundi 10 février au "pacte de responsabilité" aux entreprises, les signataires mettent en garde contre la baisse des charges pour les entreprises et les "risques majeurs" d'une réduction des dépenses publiques. Pour eux, "la focalisation exclusive sur la baisse du coût du travail ne constitue pas une réponse adaptée" aux problèmes actuels de l'économie.

Les signataires du document appartiennent pour plusieurs à "Un Monde d'avance", réunissant des proches de Benoît Hamon, le ministre délégué à la Consommation ou à "Maintenant la gauche", deux sensibilités de l'aile gauche du PS. "Nous ne nous reconnaissons pas dans le discours qui tend à faire de la baisse des 'charges' et du 'coût du travail' la condition d'un retour de la croissance. Il n'y a pas de 'charges' mais des cotisations sociales qui sont en réalité du salaire différé", écrivent les signataires, parmi lesquels la sénatrice Marie-Noëlle Lienemann et le député et ancien ministre Henri Emmanuelli.

"Favoriser l'emploi et l'investissement productif aux dépens de la rente"

"Et nous sommes inquiets quand nous découvrons que la baisse des cotisations promise aux entreprises s'accompagne d'une réduction de 50 milliards d'euros des dépenses publiques en trois ans, sans même savoir quels sont ceux qui en supporteront les conséquences", poursuivent-ils.

Pour eux, "le renouveau industriel nécessite un renforcement de notre 'compétitivité hors-coût' qui ne sera rendu possible que par des aides ciblées et d'une réorientation des bénéfices de la rente vers l'investissement productif (...) La priorité doit donc être la suivante : favoriser l'emploi et l'investissement productif aux dépens de la rente".

À lire aussi
François Hollande à Paris, en 2017 Lille
François Hollande "regrette" avoir été empêché de tenir une conférence à Lille

"L'objectif de baisse accélérée des dépenses publiques comporte des risques majeurs", soulignent aussi les auteurs du texte intitulé "Il n'y a pas qu'une seule politique possible". Selon eux, la baisse des dépenses publiques d'ici 2017 "nous fait craindre une réduction du périmètre d'intervention de l’État, nuisible aux politiques sociales existantes et au fonctionnement des services publics".

Les contreparties demandées aux patrons trop "floues"

Et d'insister : "à trop se focaliser sur 'l'offre' et la 'baisse des charges', le pacte de responsabilité risque de comprimer l'activité économique". Enfin, poursuit le document, le PS doit soutenir les syndicats de salariés "pour arracher un compromis au patronat". Les contreparties réclamées au patronat, en échange de la baisses des charges pour les entreprises "restent floues".

"Il n'y aura pas de compromis social favorable aux salariés sans mobilisation du parti, des parlementaires, du mouvement social. Salaires, embauches, réduction et partage du temps de travail, droits des salariés, contrôle des licenciements abusifs, (...): dans tous ces domaines nous devons porter des exigences fortes", souligne le texte.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
François Hollande Parti socialiste Info
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants