1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. "On est en direct" : Gabriel Attal n'exclut pas un reconfinement
1 min de lecture

"On est en direct" : Gabriel Attal n'exclut pas un reconfinement

Invité de Laurent Ruquier et de Léa Salamé dans "On est en direct" ce samedi soir sur France 2, le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal a indiqué n'exclure aucune possibilité, dont le reconfinement, sur la gestion de la cinquième vague de coronavirus.

 Le porte-parole du gouvernement français Gabriel Attal prend la parole lors d'une conférence de presse à l'issue de la réunion hebdomadaire du cabinet à Paris le 2 juin 2021. (Illustration)
Le porte-parole du gouvernement français Gabriel Attal prend la parole lors d'une conférence de presse à l'issue de la réunion hebdomadaire du cabinet à Paris le 2 juin 2021. (Illustration)
Crédit : THOMAS SAMSON / AFP
Romain Giraud

Alors que la cinquième vague de coronavirus semble être amorcée en France, et que certains pays européens, comme les Pays-Bas ou l'Autriche, ont pris des mesures drastiques pour contrecarrer l'épidémie, le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, a indiqué ce samedi soir sur France 2 dans On est en direct, qu'aucune hypothèse n'était exclue sur la gestion du coronavirus en France, dont le reconfinement. 

"Les enseignements que je tire, en tant que porte-parole du gouvernement, c'est qu'il ne faut jamais rien exclure par principe. Cette épidémie continue de surprendre le monde entier", a-t-il affirmé, ajoutant néanmoins que "pour le moment, il est absolument hors de question de parler de reconfinement dans notre pays parce qu'on a un taux de vaccination très élevé". Pour rappel, la France possède une couverture vaccinale de 87,3%, soit près de 20% de plus que l'Autriche par exemple. 

Gabriel Attal a également été interrogé sur le rapport de l'Agence technique de l'information sur l'hospitalisation du 28 octobre dernier qui a affirmé que les patients admis pour cause de coronavirus ne représentaient que 2% de l'affluence hospitalière en 2020 :"Ce chiffre est juste, a-t-il admis, mais c'est une moyenne. L'année dernière, il a fait en moyenne 14 degrés en France et pourtant il y a eu des canicules et du gèle. C'est une moyenne, il y a eu des moments de saturation et ce rapport le dit également", a-t-il conclu. 

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/