1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Nucléaire : "Une fausse bonne idée pour le climat", affirme Yannick Jadot
1 min de lecture

Nucléaire : "Une fausse bonne idée pour le climat", affirme Yannick Jadot

INVITÉS RTL - Matthieu Orphelin, député En Marche, et Yannick Jadot, député d'Europe Ecologie Les Verts reviennent sur la nécessité de réduire la part du nucléaire dans la consommation d'électricité.

La centrale nucléaire du Blayais exploitée par Electricité de France (EdF), à côté de Blaye, en Gironde.
La centrale nucléaire du Blayais exploitée par Electricité de France (EdF), à côté de Blaye, en Gironde.
Crédit : GEORGES GOBET / AFP
Nuclèaire : "Une fausse bonne idée pour le climat" affirme Yannick Jadot
07:27
Nuclèaire : "Une fausse bonne idée pour le climat", affirme Yannick Jadot
07:26
Sarah Belien

Emmanuel Macron se rend à la 23e Conférence annuelle de l'ONU sur le climat (COP23)  à Bonn en Allemagne ce mercredi 15 novembre, pour tenter de raviver l'accord de Paris sur le climat. La France est plutôt en retard en ce qui concerne l'utilisation d'énergies renouvelable. Yannick Jadot, député d'Europe Ecologie Les Verts, justifie cela par le fait qu'en France, "on a jamais contraint la place du nucléaire."


Sur la question du nucléaire, l'objectif de réduire de moitié la production est sans cesse repoussée. Aujourd'hui, le débat porte sur la date à laquelle l'objectif doit être atteint. 2025 ? 2030 ? Pour Matthieu Orphelin, député En Marche travaillant avec le ministre de la Transition énergétique Nicolas Hulot, "ce n'était pas possible ou très difficile d'atteindre cet objectif de 50% en 2025."


"Mais il est maintenu, on va le faire mais ça va prendre un petit peu plus longtemps. On a des scénarios sur la table qui disent on peut y arriver avant 2030 donc il faut planifier tout ça et il ne faut pas mentir sur ce sujet," poursuit le député qui affirme que dans quelques mois, il serait annoncé "quelles sont les centrales nucléaires qui fermeront, combien et à quel rythme".

Pour Yannick Jadot, "on peut y arriver d'ici 2025, ne laissons pas aux lobbys nucléaires, l'espace de jouer la montre, de jouer les reports." Le député en profite pour rappeler que le nucléaire "c'est extrêmement cher, c'est extrêmement risqué" et "une catastrophe pour le service public à la française, pour EDF qui est en situation de quasi faillite sur la seule année 2016."

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/