2 min de lecture Notre-Dame-des-Landes

Notre-Dame-des-Landes : que devient la vie de la zone et de ses 300 habitants ?

INVITÉE RTL - Françoise Verchère, de l'association des élus s'opposant à l'aéroport, rend compte de la situation sur la zone de Notre-Dame-des-Landes, où le projet d'aéroport a été abandonné mi-janvier.

Stéphane Carpentier L'invité RTL du week-end Stéphane Carpentier
>
L'invité RTL du week-end du 31 mars 2018 Crédit Image : AFP / Jean-Sébastien EVRARD | Crédit Média : Bernard Poirette | Durée : | Date : La page de l'émission
Bernard Poirette
Bernard Poirette Journaliste RTL

Ils se sont battus des années contre le projet de l'aéroport et ont gagné. Françoise Verchère est membre du CEDPA, association des élus s'opposant à l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes. Plus de deux mois après l'abandon du projet aéroportuaire, elle revient, au micro de RTL, sur la situation de la zone à défendre, où vivent quelque 300 zadistes.

"Nous avons lutté pour préserver la biodiversité du bocage et il y a aussi de la biodiversité humaine, explique Françoise Verchère. Il y a des gens qui veulent y rester et rester dans les clous, et d'autres qui probablement ont même plutôt une envie différente, c'est-à-dire de vouloir continuer à être dans une zone d'autonomie définitive."

Vendredi 30 mars s'est tenue une réunion d'élus sur l'avenir des terres de Notre-Dame-des-Landes. "Nous avons confirmé nos positions, c'est-à-dire que nous souhaitons que puissent continuer les expérimentations sur la ZAD depuis plusieurs années - je pense au boulanger, à la conserverie, à la bibliothèque et aux expérimentations agricoles, liste Françoise Verchère. Nous souhaitons que les négociations se poursuivent avec l'État pour qu'il y ait des conventions d'occupation et que ceux qui veulent avoir des activités puissent y rester."

À lire aussi
Le projet de NDDL abandonné Notre-Dame-des-Landes
NDDL : premières régularisations de projets d'occupants de la ZAD

300 personnes, et de nombreux habitats

L'ouverture de la route des Chicanes, barrée tout au long du conflit, est en ce sens un symbole. "Nous avons réaffirmé notre souhait de voir le plus vite possible la fameuse route parce que ça nous paraît le signe que tout redevient à peu près normal sur cette zone", explique Françoise Verchère.

La question des habitats a également été abordée au cours de la réunion du 30 mars. "Il y a eu beaucoup d'habitats un petit peu partout, décrit la responsable de l'association d'élus opposés à l'aéroport. Cette zone est devenue une zone agricole et naturelle protégée et il va falloir discuter, notamment avec le maire de Notre-Dame-des-Landes, de la possibilité ou non de garder un certain nombre des habitats qui ont été construits un peu partout."

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Notre-Dame-des-Landes Nantes Loire-Atlantique
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7792768417
Notre-Dame-des-Landes : que devient la vie de la zone et de ses 300 habitants ?
Notre-Dame-des-Landes : que devient la vie de la zone et de ses 300 habitants ?
INVITÉE RTL - Françoise Verchère, de l'association des élus s'opposant à l'aéroport, rend compte de la situation sur la zone de Notre-Dame-des-Landes, où le projet d'aéroport a été abandonné mi-janvier.
https://www.rtl.fr/actu/politique/notre-dame-des-landes-que-devient-la-vie-de-la-zone-et-de-ses-300-habitants-7792768417
2018-03-31 09:47:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/LgpSCQgeieQSeH-EXDSbjQ/330v220-2/online/image/2018/0328/7792804635_sur-la-zad-de-notre-dame-des-landes-le-10-fevrier-2018.jpg