1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Notre-Dame-des-Landes : "On verra en décembre quelle sera ma décision", dit Hulot
1 min de lecture

Notre-Dame-des-Landes : "On verra en décembre quelle sera ma décision", dit Hulot

INVITÉ RTL - Le ministre de la Transition écologique et solidaire, qui avait menacé de quitter le gouvernement en cas de construction de l'aéroport, a affirmé qu'il prendrait position en décembre.

Nicolas Hulot, invité de RTL le 23 octobre 2017
Nicolas Hulot, invité de RTL le 23 octobre 2017
Crédit : Camille Kaelblen / RTLnet
Nicolas Hulot "ne veut pas émettre la moindre opinion" sur le dossier Notre-Dame-des-Landes
00:54
Nicolas Hulot était l'invité de RTL
11:55
Hulot espère une reconduction du glyphosate "largement en dessous de 5 ans"
11:53
Nicolas Hulot : "Je ne prends aucun plaisir au pouvoir"
00:16
Nicolas Hulot espère une reconduction du glyphosate "largement en dessous de 5 ans"
00:52
Claire Gaveau
Claire Gaveau

Quelles sont les lignes rouges de Nicolas Hulot ? Si certaines associations environnementales réclament plus de fermeté au ministre de la Transition écologique et solidaire, l'ancien présentateur de Ushuaïa, le magazine de l'extrême refuse de voir "le verre à moitié vide". "Je vois tout ce que j'ai obtenu depuis qu'on est là", glisse-t-il au micro de RTL. 

Pourtant, certains débats pourraient mettre à mal la place de Nicolas Hulot au sein du gouvernement d'Édouard Philippe à l'image du débat européen sur le glyphosate mais aussi la question de Notre-Dame-des-Landes. Le gouvernement doit se prononcer en décembre sur le projet de construction de l'aéroport, à l'issue d'une médiation de six mois lancée par le Premier ministre afin de débloquer ce dossier au point mort depuis 2012.

Le ministre d'État peut-il rester pensionnaire de la rue de Grenelle en cas de construction de l'aéroport ? "Ce sont les médias qui disent ça passe ou ça casse. Vous verrez. On verra à ce moment-là quelle sera ma décision", a-t-il déclaré. Et d'ajouter : "Je ne veux pas émettre le moindre opinion, car je suis accusé d’intervenir dans la médiation indépendante qui est en cours.  On verra ce qu'il se passe en décembre. La médiation travaille en toute liberté".

Invité de RTL samedi 21 octobre, Bruno Retailleau, ancien président du Conseil régional des Pays de la Loire et fervent défenseur du projet, avait dénoncé l'absence de neutralité au sein de la mission de médiation tout en attaquant ouvertement Nicolas Hulot : "On va fonder une décision politique sur les caprices ou le chantage à la démission d'un ministre ?"

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/