1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. NKM agressée à Paris : "Dans une campagne, on frôle parfois la guerre civile politique"
2 min de lecture

NKM agressée à Paris : "Dans une campagne, on frôle parfois la guerre civile politique"

ÉDITO - L'agression de la candidate LR aux législatives à Paris, jeudi 15 juin, en dit long sur la violence de cette campagne.

Nathalie Kosciusko-Morizet, le 15 juin, sur un marché de Paris.
Nathalie Kosciusko-Morizet, le 15 juin, sur un marché de Paris.
Crédit : GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP
NKM agressée à Paris : "Dans une campagne, on frôle parfois la guerre civile politique"
02:57
NKM agressée à Paris : "Dans une campagne électorale, on frôle parfois la guerre civile politique", constate Alba Ventura
03:00
Alba Ventura & Loïc Farge

Nathalie Kosciusko-Morizet a été victime d'une agression, jeudi 15 juin, en plein tractage dans sa circonscription du Ve arrondissement de Paris. La candidate Les Républicains a fait un malaise après avoir été prise à partie par un passant. L'ancienne ministre a reçu de nombreux messages de soutien, de droite comme de gauche. Ce type de violence est malheureusement assez fréquent. C'est assez courant de se retrouver face à des "abrutis". Pardon de le dire aussi trivialement, mais le comportement de cet homme face à NKM ne mérite pas mieux.

C'est fréquent et ce n'est pas nouveau.
Souvenez-vous lorsque Manuel Valls a été giflé en Bretagne en janvier dernier, ou quand Emmanuel Macron ou François Fillon ont été enfarinés, ou lorsqu'ils reçoivent des œufs au Salon de l'Agriculture ou ailleurs. Dans l'échelle de la violence, on va des insultes, aux réunions publiques perturbées, en passant par des propos sexistes, jusqu'aux gestes agressifs. En tout cas, tous racontent qu'ils ont été pris à partie au moins une fois dans leur vie politique, de manière brutale.

Moment de crispation

C'est encore plus frappant pendant une campagne. Il faut voir le degré de violence que recouvre une campagne électorale. Les hommes et les femmes politiques "sont à portée de baffes", comme le disait Jean-Pierre Raffarin. Dans une campagne, le politique n'est plus sur un piédestal, c'est comme s'il n'avait plus d'immunité. Il est sur son terrain politique, mais il est aussi sur le terrain des électeurs. Il est chez les gens, et certains se croient tout permis. Le "vu à la télé" renforce le sentiment d'éloignement des politiques. Ce qui fait que lorsqu'ils descendent dans la rue, lorsqu'ils sont à proximité, ils deviennent des cibles.

Une campagne électorale, c'est un moment de crispation. À chaque campagne électorale, il y a des risques de dérapage. Les politiques craignent ces moments-là, parce qu'il n'y a rien de rationnel. On n'est pas dans le débat politique. On n'est pas dans l'affrontement idéologique. On n'est pas dans un jeu intellectuel. Dans une campagne, on frôle parfois "la guerre civile politique", avec des Français à cran et des candidats sous pression.

Société fragile et éruptive

Mais vous savez, "le dégagisme" c'est une forme de violence politique. Là, on se tourne du côté des politiques. Il y a de la violence aussi (une autre forme de violence) quand Jean-Luc Mélenchon dit de Bernard Cazeneuve qu'il est "un assassin" (il s'en défend aujourd'hui en disant qu'il cherchait ses mots, qu'il s'est mal exprimé). Il y a de la violence aussi quand Henri Guaino dit que ses électeurs sont "à vomir" ou que Gilbert Collard les traite de "fainéants". Le niveau de violence dans le langage est parfois déraisonnable du côté des personnalités politiques. Cela participe du climat de déchaînement et de révolte.

À lire aussi

Il faut rappeler aux uns que leur mission politique ne consiste pas à attiser les tensions, surtout dans une société fragile et éruptive comme la nôtre, et rappeler aux autres que la colère et la protestation s'expriment dans les urnes.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

pub
pub
pub
pub
En Direct
/