3 min de lecture Les Républicains

Municipales à Nice : une guerre Éric Ciotti-Christian Estrosi se profile

À Nice, un sondage teste différentes hypothèses pour les élections municipales. Selon l'une d'elles, Éric Ciotti arrive en tête.

Éric Ciotti et Christian Estrosi, le 13 décembre 2014
Éric Ciotti et Christian Estrosi, le 13 décembre 2014 Crédit : DOMINIQUE FAGET / AFP
Pauline de Saint-Remy
Pauline De Saint-Rémy
édité par Marie Sasin

Coup de tonnerre dans le ciel niçois, à un an des municipales et jubilation du côté d’Éric Ciotti. Le journal Nice Matin a publié un sondage réalisé par l’institut Elabe en vue des élections municipales. La liste officielle de candidats n’étant pas encore arrêtée, quatre hypothèses sont testées.

Les deux candidats issus des Républicains, le maire sortant Christian Estrosi et son frère ennemi, Éric Ciotti, qui rêve de le détrôner, y figurent tous les deux à chaque fois. Surprise : 2 à 4 points d’intentions de vote seulement les séparent. 

Dans l’une des quatre hypothèses, Éric Ciotti arrive même en tête avec 27,5% des voix contre 26,5 pour son rival, de quoi redonner l’envie au député des Alpes-Maritimes qui fin septembre avait semblé accuser le coup d’un changement de stratégie - une redroitisation du discours - de celui dont il fut l’attaché parlementaire.

Une ville majoritairement à droite

À lire aussi
Nicolas Sarkozy, le 20 mai 2019 justice
Sarkozy jugé pour corruption : "Sa voie politique est obstruée", estime Duhamel

"C’est un petit séisme", murmure son entourage. À noter une subtilité : si le macron-compatible Christian Estrosi est présenté dans le sondage comme candidat "divers droite", Éric Ciotti est lui testé sous l’étiquette des Républicains, un avantage évident dans une ville très majoritairement à droite.

Mais le député des Alpes-Maritimes n’y voit pas un bémol puisqu'il n’envisage d’être candidat qu’à la condition d’avoir le soutien des Républicains. Rien n’est joué pour autant. "Estrosi a le temps de remettre des forces dans la bataille", convient-on autour d’Éric Ciotti comme au siège des Républicains.

Un sarkozyste à qui j’en parlais hier soulignait d’ailleurs que le maire sortant avait un grand savoir-faire en matière de campagne. Pas question donc pour l’heure pour le président de la Commission d’investiture de LR de se fixer un calendrier trop contraignant quant à sa décision d’être candidat ou pas.

Les plus

Stanislas Guérini a été adoubé par Jean-Luc Mélenchon. Je vous parlais la semaine dernière de solidarité entre chefs de parti. Dès lors qu’il s’agit de problèmes internes même Marine Le Pen ne jette pas la pierre à son homologue de la France Insoumise.

Et bien il en va presque de même désormais entre Jean-Luc Mélenchon et le délégué général de LaREM. À l’issue du débat organisé la semaine dernière sur BFM TV, l’ancien candidat à la présidentielle, qui l’a pourtant déjà croisé à l’Assemblée nationale, l’a félicité. En le tutoyant, s'il vous plaît.

"Tu t’en es bien sorti", lui a-t-il lancé. Avant de se confier : "Qu’est-ce que c’est dur, faut bosser, faut tout apprendre par cœur". Bref, un Jean-Luc Mélenchon plutôt prévenant à l’égard du jeune Stanislas Guérini qui avait concentre une bonne partie des attaques de ses concurrents, toute la soirée, et qui le lui rend bien, malgré leurs divergences de vue : "Un mec qui bosse autant inspire le respect. Il a été le meilleur".

Samedi à Aubervilliers, LaREM lance sa campagne pour les élections européennes. Objectif : braquer les projecteurs sur les candidats, et rien que le candidats. 
 
Le Premier Ministre Édouard Philippe sera finalement présent, mais il ne prendra pas la parole. Aucun des "chapeaux à plumes" - ministres ou chefs de parti - présents ne sera invité on le faire. C’est le patron de LaREM Stanislas Guérini qui a plaidé pour que la tête de liste, Nathalie Loiseau et ses colistiers soient le plus mis en avant possible.

Nathalie Loiseau dont beaucoup estiment dans la majorité qu’elle vaut mieux que l’image très convenue qu’elle a donné à voir lors de l’annonce de sa candidature sur France 2 il y a  quelques jours. Elle prononcera samedi de son propre aveu son "premier grand discours". En privé elle ne cache pas une petite pointe d’appréhension. La désormais ex-secrétaire d’État s’est d’ailleurs offert les services d’un coach vocal pour apprendre à parler "du ventre", à poser sa voix dirait-on encore en radio.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Les Républicains Nice Eric Ciotti
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7797316523
Municipales à Nice : une guerre Éric Ciotti-Christian Estrosi se profile
Municipales à Nice : une guerre Éric Ciotti-Christian Estrosi se profile
À Nice, un sondage teste différentes hypothèses pour les élections municipales. Selon l'une d'elles, Éric Ciotti arrive en tête.
https://www.rtl.fr/actu/politique/municipales-a-nice-une-guerre-eric-ciotti-christian-estrosi-7797316523
2019-03-29 07:42:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/-w6xiUHaIq0EYadqyb0XoQ/330v220-2/online/image/2018/1108/7795490859_eric-ciotti-et-christian-estrosi-le-13-decembre-2014.jpg