3 min de lecture Bordeaux

Municipales à Bordeaux : "Je suis bien Bordelais", rappelle Thomas Cazenave sur RTL

INVITÉ RTL - Le candidat de La République en Marche, ancien membre de l'équipe présidentielle, est en difficulté dans les sondages.

Julien Sellier L'invité de RTL Petit Matin Julien Sellier
>
Municipales à Bordeaux : "Je suis bien Bordelais", assure Thomas Cazenave Crédit Image : FRANCOIS GUILLOT / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
Jérôme Florin
Jérôme Florin édité par Maxime Magnier

Candidat de La République en Marche, donné quatrième (11% d'intentions de vote) par un récent sondage, Thomas Cazenave préfère ne pas donner trop d'importances à ce type de travaux. "Aujourd'hui je suis à 11%, hier j'étais à 16%, avant-hier j'étais à 13%... Les sondages se suivent et ne se ressemblent pas, sont très volatiles", dit-il. "Je pense qu'on a quelques semaines encore pour convaincre. Les Bordelaises et Bordelais rentrent dans la campagne. Et c'est effectivement plus dur pour moi, parce que je suis nouveau dans la vie politique locale. Donc c'est à moi de convaincre, d'aller à la rencontre des Bordelais", poursuit-il.

Et si Emmanuel Macron avait réalisé un bon score à Bordeaux, au premier tour de l'élection présidentielle (31% des voix) en 2017, Thomas Cazenave en semble encore loin. "J'ai encore du travail, mais les Bordelais attendent un renouvellement de la vie politique locale, un nouveau projet. Parce que la ville est complètement embouteillée, elle a fait fuir ses classes moyennes, parce qu'on est en retard sur la transition écologique. Donc il est temps, après le départ d'Alain Juppé, d'ouvrir un nouveau chapitre, et c'est ça que je leur propose", explique-t-il.

Philippe Poutou fait campagne pour les "invisibles"

Philippe Poutou, également candidat à Bordeaux, promet de son côté "d'aller au bout" en cas d'accession au deuxième tour. "Comme dans toutes les villes, il y a des milieux populaires, qui trinquent, mais jusqu'à présent qui étaient invisibles et silencieux. Ce qu'on espère aujourd'hui, c'est qu'ils prennent la parole", ajoute la tête de liste du NPA. 

Un constat partagé par Thomas Cazenave, selon qui "toute une partie de la population est victime, perdante, de l'évolution de ces dernières années. Je pense aux classes moyennes qui, en raison de l'explosion des prix de l'immobilier, ont dû s'éloigner." "Donc, on doit répondre à cette inquiétude des classes moyennes qui se sentent menacées dans l'évolution de Bordeaux", ajoute l'aspirant maire.

À lire aussi
Carte de Bordeaux faits divers
Bordeaux : un homme transportant du shit agressé à la machette

Le candidat de La République en Marche perçoit aussi, "après le départ d'Alain Juppé, une phase de recomposition. La ville n'a pas connu de second tour depuis 70 ans."D'ailleurs, alors qu'Alain Juppé, Macron-compatible, a déjà un héritier désigné en la personne du maire sortant Nicolas Florian, Thomas Cazenave appelle ses électeurs potentiels à venir le "rencontrer", lui et ses équipes, "dans les cafés, les réunions publiques". 

Une alliance au second tour ? "C'est une haie après l'autre"

Reconnaissant que ses concurrents lui attribuent le statut de "parachuté", lui qui fut notamment secrétaire général adjoint de l'Élysée, le candidat LaREM réplique : "Je suis bien Bordelais, j'ai toute ma famille ici, mes amis. Je suis né ici, j'ai fait mes études ici, j'ai rencontré ma femme ici, je me suis installé ici." Par ailleurs, "la ville a toujours bénéficié d'un bon contact avec le gouvernement, le pouvoir, Paris. Et je crois que mon expérience auprès du président de la République, du Premier ministre, mon expérience en entreprise, au sein de l'État, c'est utile pour la ville", poursuit-il. 

Et s'il ne passe pas le premier tour, fera-t-il une alliance avec un candidat en lice au deuxième tour ? "J'ai fait beaucoup de sport par le passé, c'est une haie après l'autre. Et là, je suis concentré sur ma haie du premier tour, je veux atteindre le niveau le plus élevé. Il me reste trois semaines, je ne peux pas me contenter des chiffres qui sont annoncés par les sondages. Ma détermination est intacte parce que je pense qu'on a un bon projet et une belle équipe pour Bordeaux".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Bordeaux Élections municipales à Bordeaux Alain Juppé
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants