2 min de lecture Élections municipales

Municipales 2020 : des élections émaillées de violences envers les candidats

VU DANS LA PRESSE - À une cinquantaine de jours des élections municipales, de plus en plus de candidats se plaignent d'agressions allant jusqu'à la violence physique.

Photo d'illustration.
Photo d'illustration. Crédit : Sébastien Bozon / AFP
benoit
Benoît Collet Journaliste

Incendie d'un local de campagne à Bobigny, candidat La France Insoumise agressé physiquement dans le Pas-de-calais, cartouches dans les boîtes aux lettres... À l'approche des élections municipales, les actes d'agression envers les prétendants aux mairies se multiplient aux quatre coins de la France.

"Je vois très bien qui c'est", a raconté Didier Cadro, candidat à la Turballe (Loire-Atlantique), qui a été agressé verbalement avant de voir sa voiture, dans laquelle il était au moment des faits, démolie à coups de barre de fer par son agresseur. "Il m'arrive de le croiser et c'est assez inquiétant. Je lis sa haine dans son regard", a poursuivi le candidat, dans une interview accordée au Parisien.

Le 17 janvier, Gauthier Weinmann, candidat La France insoumise aux élections municipales de Leforest, une petite commune du Pas-de-Calais, a lui aussi était violemment agressé. Il amenait tranquillement ses filles à l'école quant il a été soudainement pris à partie par un groupe de jeunes, avant d'être frappé au visage.

Harcèlement dans la sphère privée

Ailleurs en France, la presse relaie régulièrement des attaques contre des locaux de campagne, comme l'incendie volontaire qui a détruit la permanence du socialiste Fouad Ben Ahmed (Poing commun) à Bobigny, où les tags nazis retrouvés sur le local du candidat LaREM à Évreux, Guillaume Rouger.

À lire aussi
Jean-Luc Mélenchon, invité du Grand Jury RTL, le 5 avril 2020 La France insoumise
Coronavirus : Jean-Luc Mélenchon "ne fait plus confiance" au gouvernement

Les harceleurs s'en prennent également au domicile privé des politiques locaux. À Landaul, dans le Morbihan, Philippe Gilbin, colistier du maire sortant, a retrouvé des balles de fusil dans sa boîte aux lettres, tout comme Alain Cœur, tête de liste à Saint-Chély-d'Apcher, en Lozère.

"Les maires sont en danger", alertait en août 2019 François Baroin, ancien ministre et président de l'Association des maires de France, suite à la mort de Jean-Mathieu Michel, maire de Signes (Var), renversé par une camionnette dont il voulait verbaliser les occupants. "Il faut donc protéger ces élus de proximité, leur donner des garanties de protection plus élevées, un pouvoir de police administrative plus important, la possibilité d'installer des caméras dans des zones à risque", avait conclu François Baroin.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Élections municipales Faits divers Violences
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants