2 min de lecture Jacques Chirac

Mort de Jacques Chirac : pourquoi il a été l’un des grands réformateurs de l’économie

Jacques Chirac, décédé le 26 septembre, a marqué la France au plan politique mais aussi économique. Privatisation d'entreprises ou encore suppression de l'IGF, il était un président très libéral.

Lenglet - Lenglet-Co François Lenglet
>
Mort de Chirac : quel souvenir au plan économique ? Crédit Image : BERTRAND LANGLOIS / AFP | Crédit Média : RTL | Date : La page de l'émission
LENGLET 245300
François Lenglet édité par Nicolas Barreiro

Au plan économique, on peut retenir deux choses de Jacques Chirac. Une qui n'est guère flatteuse, l'autre l'est bien d'avantage. La première, c'est que Chirac a tellement changé de position sur les sujets de politique économique au fil de sa longue carrière que, quoi que vous pensiez, que vous soyez communiste,  libéral ou social-démocrate, il y a forcément des déclarations ou des discours du Président français avec lesquels vous avez été en accord profond.

C'est un peu comme Johnny Hallyday et les modes musicales successives, il a tout été, tout fait, tout dit. Voilà pour la méchanceté. L'autre chose à retenir, plus positive, c'est qu'il a initié l'une des plus grandes périodes de réformes que la France a connues depuis la guerre.
 
Pendant la première cohabitation, sous le septennat Mitterrand, de 1986 à 1988. Après les élections législatives qui marquent la défaite de la gauche, Jacques Chirac est nommé à Matignon, pour inaugurer la première des trois cohabitations que le pays a connues. Et gouverner avec le RPR d'alors, Alain Juppé à ses côtés, mais aussi Philippe Séguin, Edouard Balladur, installé non pas à Bercy mais à Rivoli, c'était là où se trouvait le ministère des Finances. Et puis avec ceux qu'on appelait la bande à Léo, François Léotard, Gérard Longuet, Alain Madelin, les inspirateurs d'une politique économique qui va révolutionner la France.

Des transformations économiques

Il a libéralisé l'économie. Il a tout d'abord privatisé 65 entreprises françaises, pour l'essentiel celles qui avaient été nationalisées à l'arrivée des socialistes, cinq ans avant, Saint Gobain, Thomson, Paribas, la BNP, Péchiney, mais aussi d'autres qui étaient publiques depuis la Libération. 

Il a supprimé le contrôle des prix, et en grande partie le contrôle des changes. Philippe Séguin, ministre du travail, a lui supprimé ce qu'on appelait l'autorisation administrative de licenciement. Pour chaque suppression d'emploi, il fallait en effet avoir le feu vert du ministère du travail. 

À lire aussi
OEIL-REPUBLIQUE_POP_795x530 RTL Originals
L’œil de la République : la "fureur noire" d'Alain Duhamel le soir du 21 avril 2002

On assouplit également les modalités du travail temporaire et du travail à temps partiel. Côté fiscalité, Balladur et le ministre du budget, Alain Juppé, abaissent l'impôt sur le revenu, le taux le plus élevé passe de 65% à 56%. Et ils suppriment le fameux IGF, l'impôt sur les grandes fortunes, prédécesseur de l'ISF. C'est d'ailleurs à cela que Jacques Chirac attribuera, plus tard, son échec à la présidentielle de 1988. 

Un programme libéral

L'époque était toute autre. Le monde entier était en train de se libéraliser, des États-Unis, avec Ronald Reagan, jusqu'à la Chine, avec les premières réformes de Deng Xiaoping. Et bien sûr au Royaume-Uni, Margaret Thatcher était au pouvoir depuis 1979. 

Une onde libérale parcourait le monde, dans ces années 1980, c'était le début de ce cycle idéologique qui s'éteint aujourd'hui. De plus, la France sortait d'une période de socialisme, et avait envie d'alternance, malgré l'évolution conduite par Laurent Fabius, le deuxième Premier ministre de Mitterrand. 

Il faut imaginer qu'en juin 1985, selon un sondage, 63% des Français déclarent que le mot "libéralisme" éveille chez eux un sentiment positif ! 41% considèrent que les politiques libérales sont plus efficaces pour lutter contre la crise.

Durant le gouvernement Chirac, la croissance économique accélère en effet, pour arriver à 4,6% en 1988, l'année qui détient toujours le record d'activité en France depuis le choc pétrolier. Mais il est vrai que c'est alors le monde entier qui connaît un puissant cycle de croissance. En réalité, nombre des réformes qui ont été faites à cette époque ont porté leurs fruits plus tard.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Jacques Chirac Mort de Chirac Politique
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants