3 min de lecture Medef

Marion Maréchal : Medef, convention de la droite... Fait-elle sa rentrée politique ?

DÉCRYPTAGE - L'ancienne députée et ses proches se réuniront fin septembre à Paris pour une "convention de la droite" sur le thème de "l'alternative au progressisme".

Marion Maréchal, le 22 février 2018 aux États-Unis
Marion Maréchal, le 22 février 2018 aux États-Unis Crédit : JIM WATSON / AFP
Marie-Pierre Haddad
Marie-Pierre Haddad
Journaliste RTL

Marion Maréchal et ses proches se réuniront fin septembre à Paris pour une "convention de la droite" sur le thème de "l'alternative au progressisme". Cette réunion prévue le 28 septembre, qui sera introduite par Éric Zemmour, ressemblera à une rentrée politique pour la nièce de Marine Le Pen.


Raphaël Enthoven viendra "apporter une contradiction frontale" lors d'une conférence sur la "critique de la critique des élites", a indiqué l'essayiste à l'AFP, confirmant une information du Monde. "Une droite rassemblée pour fêter l'automne du macronisme ? Chiche", affirment dans un communiqué les organisateurs qui sont le mensuel L'Incorrect, le mouvement "Racines d'Avenir" du jeune LR Erik Tegnér et le réseau d'entrepreneurs "Cercle Audace", tous proches de l'ancienne élue d'extrême droite. 

La jeune femme, qui a quitté la politique électorale pour diriger une école de sciences politiques à Lyon. Mais elle n'a eu de cesse de s'exprimer en faveur d'une "union des droites" depuis la déroute des Républicains aux élections européennes. Même si cela agace certains au Rassemblement national.  

Elle reprend les thèmes de prédilection de la droite

Marion Maréchal fait ainsi un exercice de funambule entre la droite filloniste et le Rassemblement national. Invitée, puis désinvitée de l'université d'été du Medef, l'ancienne députée frontiste n'a pas dit son dernier mot. Marion Maréchal a publié, le 29 août, une tribune publiée sur Atlantico, au titre évocateur : "Ce que j'aurais dit au Medef si on m'avait laissé y aller".

À lire aussi
Nicolas Sarkozy, le 29 août 2019 medef
Nicolas Sarkozy fait son show devant le Medef et dézingue Greta Thunberg

Initialement, l'organisation patronale l'avait conviée à un débat sur le "populisme". "Certains ont néanmoins tenté de justifier mon invitation par mon étiquette 'libérale'. Un qualificatif tantôt infamant, tantôt valorisant, selon le commentateur. La difficulté du dialogue dans cette démocratie tient pour partie au fait que ce type de mot valise ne recouvre pas nécessairement la même réalité", peut-on lire.

Première personne ciblée dans sa tribune : Emmanuel Macron. D'après elle, le président de la République a "échoué à imposer la voix de la France", dans ce qu'elle appelle "le concert européen". Tout au long de sa tribune, Marion Maréchal reprend les thèmes de prédilection de la droite : de Gaulle, confiance des marchés, libéralisme.

Entre la droite et le RN ?

Marion Maréchal fait un lien entre liberté et économie. Et pour cela, elle cite le général de Gaulle. "L’une des premières choses que fit le général de Gaulle en arrivant au pouvoir en 1958 fut de s’atteler au redressement économique et financier de la France", écrit-elle soulignant qu'il ne se soumet pas au "diktat capitaliste". "Le Général avait simplement compris qu’un budget public sain est la condition de la liberté politique", souligne l'ancienne députée du Vaucluse.

Ainsi, la nièce de Marine Le Pen cherche une "troisième voie" entre un "socialisme étatique" et le "néolibéralisme". "Je préfère un État attelé à garantir, y compris au niveau européen, notre souveraineté numérique et la protection de nos données face aux GAFA plutôt qu’un État nounou qui dorlote le profiteur et décourage l’entrepreneur", ajoute-t-elle. 

La tribune de Marion Maréchal est révélatrice de sa difficulté à se positionner politiquement

Mariette Darrigand sémiologue
Partager la citation

Contactée par RTL.fr, Mariette Darrigand sémiologue et blogueuse sur L'observatoire des mots.com, explique qu'au vu de sa tribune, Marion Maréchal "a l'ambition de réveiller la droite libérale, la droite fillonesque avec la liberté de marché. On note dans la première partie de sa tribune, qu'elle ouvre la voie à une droite libérale. Mais dans la deuxième partie, elle reprend le discours de Marine Le Pen. D'ailleurs, cette tribune aurait pu être écrite par la présidente du Rassemblement national".

Autre thème peu courant dans le lexique de Marion Maréchal : l'écologie. "L’État peut poser des cadres, en concertation avec le reste de la communauté internationale ; mais rien ne remplacera l’entrepreneur qui, sur le terrain, innove dans l’économie verte ; ou le collectif d’individus qui créent un écosystème régénératif, selon une logique de circuits courts et de marché de proximité". Selon Mariette Darrigand, la tribune de Marion Maréchal est "révélatrice de sa difficulté à se positionner politiquement".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Medef Marion Maréchal Patrons
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants