1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Marine Le Pen pas candidate à "un combat de catch" avec Philippe Poutou

Marine Le Pen pas candidate à "un combat de catch" avec Philippe Poutou

LE GRAND JURY - La candidate du Front national a été interpellée sur son absence de réaction face aux attaques de Philippe Poutou pendant "Le Grand Débat".

Marine Le Pen, candidate à la présidentielle, au micro du "Grand Jury RTL-Le Figaro-LCI" dimanche 9 avril 2017.
Marine Le Pen, candidate à la présidentielle, au micro du "Grand Jury RTL-Le Figaro-LCI" dimanche 9 avril 2017.
Marine Le Pen, opposée à la fermeture de Fessenheim, veut arrêter l'éolien
50:36
Marine Le Pen, opposée à la fermeture de Fessenheim, veut arrêter l'éolien
50:48
Ludovic Galtier
Journaliste

Invitée du Grand Jury RTL-Le Figaro-LCI dimanche 9 avril, Marine Le Pen a défendu l'existence de l'immunité parlementaire, en réaction aux propos de Philippe Poutou pendant le débat des candidats à la présidentielle. "L'immunité parlementaire n'est pas une immunité pénale, c'est une immunité parlementaire, c'est-à-dire que c'est à votre parlement de déterminer si vous n'êtes pas victime de la part du pouvoir politique d'un "fumus persecutionis.""

Tout naturellement, Marine Le Pen a expliqué qu'elle n'avait pas l'intention de répondre à Philippe Poutou, qu'elle ne juge "pas sérieux". "Vous croyez que je vais me lancer dans un combat de catch avec M. Poutou, sérieusement ? (...) "Ce n'est pas un candidat sérieux", a-t-elle jugé. "C'est un candidat qui est venu dire sur un plateau qu'il se moquait totalement des Français, vous croyez que je vais engager le débat avec quelqu'un qui dit ça ? Non". Et de préciser : "C'est-à-dire que tous les candidats ne sont pas députés et à ce titre protégés des manoeuvres du pouvoir par l'immunité parlementaire qui est là précisément pour éviter que le pouvoir ne s'attaque à des députés d'opposition", a-t-elle poursuivi.

Dans l'affaire des emplois présumés fictifs,dont est accusé le Front national au Parlement européen, Marine Le Pen avait refusé de se rendre à la convocation des juges le 10 mars dernier. Pour condamner son attitude, Philippe Poutou s'en était pris à son "immunité parlementaire" au cours de l'émission Élysée 2017 : Le Grand Débat, diffusée sur BFMTV et CNews le 4 avril. "Nous, quand on est convoqué par la police, nous n'avons pas d'immunité ouvrière, on y va", avait ironisé l'ouvrier de chez Ford, suscitant des applaudissements dans la salle.   Une réflexion, qui n'avait pas provoqué la moindre réaction de la mise en cause.

La rédaction vous recommande
Sur les thématiques :

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/