2 min de lecture Primaire PS

"Manuel Valls a pointé un missile à ogive nucléaire sur l'Élysée", analyse Olivier Mazerolle

LE MAG POL - À quelques jours de l'annonce de la décision de François Hollande pour 2017, la confusion règne au sein de la majorité.

Philippe Robuchon et Olivier Mazerolle Le Mag Pol Philippe Robuchon & Olivier Mazerolle
>
"Manuel Valls a pointé un missile à ogive nucléaire sur l'Élysée", analyse Olivier Mazerolle Crédit Image : PATRICK KOVARIK / AFP | Crédit Média : Philippe Robuchon-Olivier Mazerolle | Durée : | Date : La page de l'émission
Philippe Robuchon
Philippe Robuchon avec Olivier Mazerolle et Ludovic Galtier

François Hollande et Manuel Valls seront-ils candidats l'un face à l'autre à la primaire de la gauche des 22 et 29 janvier ? Dans le JDD de ce 27 novembre, le premier ministre laisse la porte ouverte à une candidature. "Face au désarroi, au doute, à la déception, à l'idée que la gauche n'a aucune chance, je veux casser cette mécanique qui nous conduirait à la défaite", explique-t-il avant de qualifier une candidature de François Hollande de "bancale ou fragile". Restera-t-il chef du gouvernement jusqu'à la fin du quinquennat ? Y aura-t-il un remaniement dans les jours à venir ? Les questions sont posées.

Pour Alexis Brézet, journaliste au Figaro, l'ambiance au sein du couple exécutif est inédite. Nous avons "un premier ministre, qui depuis plusieurs semaines tape sur le président de la République tous les jours, pour essayer de le décourager d'aller à l'élection, un président de l'Assemblée, qui ne répond plus au téléphone au président et n'assiste plus à ses discours. On n'a jamais vu ça. Il y a une stratégie d'empêchement. Est-ce qu'elle marchera ? Ce n'est pas sûr du tout. Moi au fond, je ne le crois pas". Selon l'éditorialiste du quotidien, Manuel Valls développe un autre volet de sa stratégie, qui correspond à "prendre ses distances" avec François Hollande en prévision du "désastre inévitable" et dire ensuite "moi Manuel Valls, je vous l'avais bien dit, il ne fallait pas envoyer François Hollande".

Son homologue à TF1, Christophe Jakubyszyn, "pense que Valls fait tout pour empêcher Hollande d'être candidat. Je pense que le pilonnage a atteint un degré qu'on ne pouvait pas prévoir, un degré dangereux pour la gauche". Olivier Mazerolle explique enfin que "dans le JDD, Manuel Valls a pointé un missile à ogive nucléaire sur l'Élysée. C'est de la dissuasion : le propre de la dissuasion, c'est que l'on ne se sert jamais de l'arme en question."

À lire aussi
Manuel Valls le 5 juillet 2017 à Paris. Manuel Valls
Manuel Valls ne se voyait pas remporter la présidentielle "cette fois-ci"

Les chroniques du "Mag Pol"

Moi Candidat
La Campagne en Famille

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Primaire PS Manuel Valls François Hollande
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7786006523
"Manuel Valls a pointé un missile à ogive nucléaire sur l'Élysée", analyse Olivier Mazerolle
"Manuel Valls a pointé un missile à ogive nucléaire sur l'Élysée", analyse Olivier Mazerolle
LE MAG POL - À quelques jours de l'annonce de la décision de François Hollande pour 2017, la confusion règne au sein de la majorité.
https://www.rtl.fr/actu/politique/manuel-valls-a-pointe-un-missile-a-ogive-nucleaire-sur-l-elysee-analyse-olivier-mazerolle-7786006523
2016-11-27 19:07:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/aEcRGx6BPVqPWltlpfuP9g/330v220-2/online/image/2016/1031/7785535129_francois-hollande-et-manuel-valls-le-11-aout-2016.jpg