3 min de lecture Présidentielle 2017

Macron - Le Pen : le match des programmes sur la santé

LE DUEL (13/14) - Remboursement, lutte contre les déserts médicaux, aide médicale d'État... Que proposent les deux candidats finalistes de la présidentielle ?

Emmanuel Macron et Marine Le Pen, les deux qualifiés au second tour de la présidentielle
Emmanuel Macron et Marine Le Pen, les deux qualifiés au second tour de la présidentielle Crédit : AFP
Claire Gaveau
Claire Gaveau
Journaliste RTL

Qui de Marine Le Pen et Emmanuel Macron sera élu président de la République ? Le verdict approche alors que les deux candidats finalistes se sont affrontés mercredi 3 mai dans un débat de l'entre-deux-tours extrêmement tendu. Économie, société, Union européenne... Le leader "En Marche !" et celle qui n'est plus présidente du Front national s'opposent sur de nombreux sujets.

La santé n'échappe pas à cette confrontation d'idées alors que ce thème a été abordé tout au long de la campagne présidentielle. S'ils sont en désaccord sur certaines propositions, Marine Le Pen et Emmanuel Macron sont cependant sur la même longueur d'ondes lorsqu'il s'agit des médicaments. Les deux candidats proposent leur vente à l'unité afin de réduire considérablement les pertes et les coûts.

Des remboursements différents

Les points d'accord sont toutefois rares. Emmanuel Macron veut par exemple révolutionner le système de santé en proposant notamment aux Français une prise en charge à 100% des lunettes, prothèses dentaires et auditives d'ici à 2022 afin qu'une grande partie de la population ne renonce plus aux soins. "Nous réaliserons cet objectif sans augmenter le prix des mutuelles. Pour cela, nous favoriserons la concurrence, en instaurant notamment trois contrats types que devront proposer assureurs et mutuelles pour garantir la transparence et faciliter les comparaisons", explique le candidat sur son site internet.

Marine Le Pen ne détaille pas cette question dans son programme, diffusé sur son site internet. Si la présidente du Front national était favorable à un remboursement d'au moins 50% pour les soins dentaires, ophtalmologiques et auditifs, cette mesure n'a pas été approuvée dans le camp frontiste, selon Mickaël Ehrminger, membre de l'équipe de campagne en charge de la santé et du handicap, dans les colonnes du Parisien

La lutte contre les déserts médicaux

À lire aussi
Emmanuel Macron et Christophe Castaner le 20 mars 2020 violences
Macron : de candidat à président, retour sur ses déclarations sur les violences policières

C'est l'une des questions phares sur la santé. Que proposent les candidats pour lutter contre les déserts médicaux ? Face à ce problème, Emmanuel Macron souhaite "doubler le nombre de maisons de santé", soit 1.000 structures de plus en cinq ans. Une mesure qui sera financée grâce aux économies réalisées par l'Assurance maladie sur l'ensemble du quinquennat. Autre volonté pour l'ancien ministre de l'Économie : travailler sur l'attractivité des professions médicales et paramédicales grâce, notamment, à une hausse de la rémunération.

De son côté, Marine Le Pen prône des stages d'internat dans les zones en difficulté afin de pousser certains jeunes professionnels à s'installer dans ces déserts médicaux alors que les médecins expérimentés, proches de la retraite, seront, eux, incités fiscalement à poursuivre leur activité.

Enfin, les deux candidats se rapprochent sur la question du "numerus clausus", c'est-à-dire le nombre de médecins diplômés chaque année. La présidente du Front national milite pour l'augmentation de cette limite alors que le leader "En Marche !" veut mettre fin à ce "numerus clausus".

Macron veut révolutionner la prévention

Outre favoriser l'accès aux soins, Emmanuel Macron veut également mettre l'accent sur la prévention. "Aujourd’hui, les dépenses de notre système de santé sont focalisées sur le curatif, une fois que la maladie ou l’accident sont survenus. Demain, nous investirons davantage pour prévenir plutôt que guérir", explique-t-il sur son site internet. Pour lutter face à cela, l'ancien ministre de l'Économie veut créer un service sanitaire de trois mois pour tous les étudiants en santé. "Dans ce cadre, 40.000 d'entre eux interviendront dans les écoles, les entreprises pour des actions de prévention", précise le candidat.

Le Pen veut supprimer l'aide médicale d'État

Dans son programme, la candidate Front national propose de supprimer l'aide médicale d'État (AME) afin de lutter contre le "tourisme médical" et l'immigration. Instaurée en 2000, l'AME est disponible pour les étrangers sans papiers résidant en France depuis plus de trois mois qui en font la demande. Marine Le Pen, favorable à une aide exclusivement applicable en cas de pronostic vital engagé ou pour les patients présentant un risque de santé publique.

Or, pour Terra Nova, le think tank classé à gauche, les dépenses liées à l'AME ne seraient qu'une "goutte d'eau dans un océan de dépenses de santé".  Dans une note publiée mardi 25 avril sur son site internet, le groupe précise qu'elles représentent 0,4% de l'ensemble des dépenses de santé en France, qui s'élèvent à 195 milliards d'euros, soit 765 millions d'euros.

L'Institut Montaigne, organisme de réflexion réputé libéral, avait quant à lui chiffré en mars la suppression de l'AME à 598 millions d'euros d'économie.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Présidentielle 2017 Marine Le Pen Santé
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants