3 min de lecture Emmanuel Macron

Macron face aux maires : ce qu'il faut retenir de son discours

ÉCLAIRAGE - Le chef de l'État a clôturé, jeudi, le 100e Congrès des maires dans un climat de tension autour de la disparition de la taxe d'habitation.

Emmanuel Macron durant son discours au 100e Congrès des maires français le 23 novembre 2017 au parc des expositions de la Porte de Versailles à Paris.
Emmanuel Macron durant son discours au 100e Congrès des maires français le 23 novembre 2017 au parc des expositions de la Porte de Versailles à Paris. Crédit : LUDOVIC MARIN / AFP
109127536140888961261
Ludovic Galtier
et AFP

Quarante-huit heures après Édouard Philippe, le président de la République, Emmanuel Macron, a prononcé un discours de plus de 90 minutes, en conclusion du 100e Congrès des maires à Paris, jeudi 23 novembre. Le chef de l'État savait ce discours attendu, dans un climat de tension à l'heure de la suppression de la taxe d'habitation, et n'a pas tardé avec un certain franc parler à insinuer qu'il n'avait pas vocation "à faire plaisir". Commencé sous les huées, le discours s'est terminé avec des applaudissements. L'opération de charme a-t-elle été concluante ?

Très vite, Emmanuel Macron a abordé ladite taxe, source de revenus considérables pour les mairies. "La suppression de la taxe d'habitation sur trois ans pour 80% des Français coûte 10 milliards sur trois ans", a-t-il rappelé, assurant dans la foulée, comme il l'avait martelé pendant sa campagne, qu'elle serait compensée par des économies de l'État. Le président de la République a décrié un "impôt injuste socialement". "Alors pourquoi le défendre ?", a-t-il fait mine d'interroger, sous certains sifflets.

Avant d'évoquer pour la première fois publiquement la disparition pure et simple de la taxe d'habitation. "Si cet impôt est mauvais pour 80% de nos concitoyens, il y a peu de chances qu'il soit bon pour 100%. Je pense que cette réforme ne doit être qu'un début."

À lire aussi
La chronique de Laurent Gerra du 25 mars 2019 humour
La chronique de Laurent Gerra du 26 mars 2019

"Une refonte en profondeur de la fiscalité locale"

Plus généralement, il a parlé de "la taxe d'habitation" comme le "premier acte" d'une "refonte en profondeur de la fiscalité locale, qu'il s'agisse des communes, des départements ou des régions", promettant pour "2020 autonomie financière et fiscale" et "pleine visibilité".

Elle "enclenche quelque chose qu'on a refusé de faire depuis 40 ans dont les victimes étaient les Français", a-t-il ajouté. "Je veux un impôt cohérent avec vos missions et avec les missions de chacune des collectivités territoriales", a-t-il observé, jugeant l'actuelle fiscalité locale "par trop illisible" et avec une "dynamique de base fiscale" inadaptée aux missions.

Le débat sur le sujet aura lieu en 2018, lors de la conférence territoriale, et la décision sera prise en 2019 en vue d'une application en 2020, a promis le chef de l'État.

"Pas de regroupement de communes forcé"

Avec Emmanuel Macron, la décentralisation est au service du pragmatisme. Sous François Hollande, la loi NOTRe (Nouvelle organisation du territoire de la République), votée en 2015, suscitait de multiples inquiétudes. Elle engendrait la fusion de communes et d'intercommunalités parfois mal comprises sur le terrain dans le but de faire des économies. Emmanuel Macron a assuré les maires qu'il ne toucherait pas à "la carte territoriale", malgré ses imperfections, et "garanti" que l'État ne "forcera pas à des regroupements de communes ni à des modifications de la carte intercommunale".

"Nous perdrions du temps et de l'énergie à revoir" la carte territoriale, "et donc c'est la stabilité institutionnelle des collectivités territoriales qui sera retenue", a déclaré le président de la République. "Vous savez mieux que moi où sont les bons regroupements donc mieux vaut faire confiance à ceux qui savent qu'à ceux qui le définiraient d'en haut, avec une doctrine pré-établie (...) Et, sur le terrain, ça marche mieux quand vous l'avez voulu que lorsque cela vous a été imposé", a ajouté Emmanuel Macron, tentant de rassurer.

"L'État vous accompagnera pour que les solutions pragmatiques sur le terrain puissent être facilitées. Nous jouerons un rôle de facilitateur dans le cadre des coopérations volontaires, dans les créations de nouvelles communes, dans les regroupements intercommunaux souhaités", a assuré le chef de l'État.

Plus de responsabilités aux fonctionnaires de terrain

Emmanuel Macron a promis davantage de "déconcentration de l'État pour donner plus de responsabilités aux fonctionnaires de terrains, aux préfets." Le chef de l'État veut "donner une réponse pragmatique dans une administration déconcentrée, resserrée et unifiée autour des préfets avec un État partenaire et un droit à l'erreur reconnu."

"Laissons les maires innover"

Dans cet état d'esprit, Emmanuel Macron a répété son message : "fixer le cap d'une libre administration du XXIe siècle". Le chef de l'État veut faire sauter les cadenas des normes en réformant l'article 72 de la constitution. "Nous devons accepter de rompre avec une forme d'uniformité de traitement. Les territoires ne sont pas plongés dans les mêmes situations. Nous avons besoin d'adapter les normes pour répondre aux défis de nos territoires."

Comme souvent dans ses discours, Emmanuel Macron en appelle au pragmatisme. "Laissons les maires innover, permettons de faire (…) La vérité se trouve plus près du terrain et non dans les rouages de l'administration centrale", a résumé le Président, qui a assuré aux élus, souvent dépeints comme les plus proches des citoyens, que la limitation des mandats dans le temps ne "touche pas les communes de moins de 3.500 habitants." Une des raisons des applaudissements ?

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Emmanuel Macron Maires Mairies
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7791105957
Macron face aux maires : ce qu'il faut retenir de son discours
Macron face aux maires : ce qu'il faut retenir de son discours
ÉCLAIRAGE - Le chef de l'État a clôturé, jeudi, le 100e Congrès des maires dans un climat de tension autour de la disparition de la taxe d'habitation.
https://www.rtl.fr/actu/politique/macron-face-aux-maires-ce-qu-il-faut-retenir-de-son-discours-7791105957
2017-11-23 18:00:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/SVHhjH7SiMHPjY9gpznwYw/330v220-2/online/image/2017/1123/7791106170_000-uj4k1.jpg