1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Macron en Corse : son échange franc avec l'épouse d'Yvan Colonna
1 min de lecture

Macron en Corse : son échange franc avec l'épouse d'Yvan Colonna

Interpellé par Stéphanie Colonna, l'épouse de l'assassin du préfet Érignac à Ajaccio, Emmanuel Macron a exclu l'amnistie mais pas le rapprochement.

Emmanuel Macron et Gilles Simeoni, leader nationaliste, le 6 février 2018 à Ajaccio.
Emmanuel Macron et Gilles Simeoni, leader nationaliste, le 6 février 2018 à Ajaccio.
Crédit : Ludovic MARIN / POOL / AFP
Macron en Corse son échange franc avec l'épouse d'Yvan Collona
01:19
Ludovic Galtier & Olivier Bost

Emmanuel Macron poursuit son déplacement en Corse. Mercredi 7 février, le chef de l'État prononcera près de Bastia un discours attendu sur l'avenir de l'île de Beauté sous les yeux du nationaliste Gilles Simeoni et de l'indépendantiste Jean-Guy Talamoni. La veille, les deux leaders ont rencontré le Président mais rien n'a filtré sur leur échange.

Seule certitude, la revendication de l'alliance majoritaire en Corseà savoir l'amnistie des prisonniers corses, ne sera pas retenue par l'Élysée. Qu'adviendra-t-il alors d'Yvan Colonna, qui purge une peine à perpétuité pour l'assassinat du préfet Claude Érignac en 1998 ? L'épouse du meurtrier a directement interpellé le chef de l'État. "Mon fils de six ans n'a pas vu son père depuis un an et demi. S'il vous plait, faites quelque chose (...) Ce n'est pas un animal, c'est un être humain", lui a-t-elle dit.

Emmanuel Macron lui a répondu et n'a pas exclu l'idée d'un rapprochement : "Que votre enfant puisse voir son père, que les personnes qui sont détenues dans notre pays puissent voir leur famille, ça fait partie des choses que nous allons assurer", a assuré le chef de l'État s'opposant en revanche à l'amnistie.

Je vous mentirai si je vous disais que je vais le faire

Emmanuel Macron à Stéphanie Colonna, épouse d'Yvan

"Je ne vais pas mentir, l'amnistie suppose de prendre une loi pour que l'on efface et que l'on oublie le crime. Je vous mentirai si je vous disais que je vais le faire."

À lire aussi

Dans son discours hommage prononcé sur les lieux de l'assassinat du préfet Érignac quelques heures plus tôt, Emmanuel Macron avait averti les nationalistes que dans cette affaire, la justice "serait suivie dans complaisance, sans oubli, sans amnistie."

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/