1 min de lecture Polémique

LR : "La stratégie gagnante de Pécresse face à Wauquiez" décryptée par Nicolas Domenach

BILLET - Après l’élection de Laurent Wauquiez à la tête des Républicains, Valérie Pécresse paraissait marginalisée. Mais la présidente de la région Île-de-France devance désormais son collègue auvergnat dans les sondages. A-t-elle a réussi son pari d’incarner une autre droite ?

Micro RTL générique On n'est pas forcément d'accord Yves Calvi & Les Signatures RTL iTunes RSS
>
LR : "La stratégie gagnante de Pécresse face à Wauquiez" décryptée par Nicolas Domenach Crédit Image : AFP / Thomas Samson | Crédit Média : RTLnet | Date :
La page de l'émission
Nicolas Domenach
Nicolas Domenach et Loïc Farge

En tout cas vous avez bien le bonjour de "la blonde" ! C'est ainsi que ses adversaires avaient baptisé Valérie Pécresse lors de l'élection régionale en Île-de-France. Or la prétendue sosotte n'en avait pas moins battu ce matou trop matois de Claude Bartolone, socialiste porté aujourd'hui disparu.

La nouvelle présidente de région est en passe, en effet, d'imposer une alternative à droite que bien peu imaginaient possible. Par misogynie sans doute. Puisque si elle n'avait pas osé se présenter contre Laurent Wauquiez pour conquérir la présidence des Républicains, c'est que lui manquaient ces attributs virils qui sont censés faire la différence.

Or nous devons confirmer que Valérie Pécresse est bien une femme, mais qu'en l’occurrence (si j'ose dire) elle est en train de faire la nique à l'homme des cavernes auvergnates qu'elle a dépassé, et en danseuse, dans les côtes de popularité.

Il est vrai qu’au milieu de tous les propos inconvenants récemment multipliés devant les étudiants lyonnais, Laurent Wauquiez lui en avait distillé un propos particulièrement disgracieux : il avait affirmé que cette ancienne collègue ministérielle, qui avait réformé les universités, "n'avait fait que des conneries".

À lire aussi
Sibeth Ndiaye, le 1er avril 2019 polémique
Roman Polanski : Sibeth Ndiaye n'ira pas voir "J'accuse" mais n'appelle pas au boycott

Ce à quoi Valérie Pécresse, mutine, avait répondu, après avoir pris le temps de la sérénité : "J'aimerais bien faire de l'humour sur les réformes de Laurent Wauquiez. Mais malheureusement j'ai bien cherché, je n'ai pas trouvé".

La réplique-pique était bien trouvée. Et la fine guêpe profitait de son avantage en relançant son mouvement "Libres !", qui veut incarner "la droite de la crédibilité face à la droite des décibels". Cette droite droitière que tente d'incarner Laurent Wauquiez, et qui siphonnerait l'électorat d'une Marine Le Pen à l'agonie.

Sauf que Marine Le Pen n'est pas morte, le FN non plus. Quant à la droite convenable, elle existe, et elle veut une opposition qui ait de la tenue.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Polémique Les Républicains Laurent Wauquiez
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants