2 min de lecture Assemblée nationale

Loi "anticasseurs" : un député de la majorité ne votera pas le texte "en l'état"

Le député REM du Val-d'Oise Aurélien Taché a annoncé que si le texte de la loi "anticasseurs" ne changeait pas, il refuserait de le voter le 5 février prochain.

Aurélien Taché, député REM du Val-d'Oise le 10 septembre 2018
Aurélien Taché, député REM du Val-d'Oise le 10 septembre 2018 Crédit : GUILLAUME SOUVANT / AFP
Ryad Ouslimani
Ryad Ouslimani
et AFP

La loi anticasseurs crée des remous au sein de la majorité parlementaire. Si bien que le vote du texte, prévu mardi 5 février à l'Assemblée nationale, pourrait voir des députés de La République en marche ne pas voter la loi proposée par le gouvernement et portée par Christophe Castaner. Dès dimanche, le député du Val-d'Oise Aurélien Taché a annoncé qu'il refusait de donner sa voix au texte. 

"En l'état, je ne la voterai pas", déclare l'élu au Journal du dimanche, avant le vote solennel sur cette proposition de loi sénatoriale LR. Contestataire chevronné de cette loi, Auréline Taché pointe du doigt l'article 2 du texte concernant les interdictions de manifester que pourraient prononcer les préfets à l'encontre d'individus représentant "une menace d'une particulière gravité pour l'ordre public", sous peine de six mois d'emprisonnement et 7.500 euros d'amende en cas d'infraction.

L'article 2 ne passe pas

"C'est loin d'être anodin. Bien sûr, le travail du gouvernement et des députés En marche a rendu le texte beaucoup plus équilibré et protecteur que sa première version. Mais je ne suis pas d'accord avec l'idée que nos institutions seraient mises en danger par les 'gilets jaunes', même infiltrés par des individus violents", regrette l'élu de l'aile gauche du parti de la majorité. 

L'article 2 est par ailleurs également fustigé par la gauche, le Parti communiste dénonçant une "loi de circonstance" face aux "gilets jaunes", s'attaquant "aux libertés fondamentales de tout un peuple". Outre Aurélien Taché, plusieurs autres élus La République en Marche ont réclamé la suppression de l'article. 

À lire aussi
La permanence d'Adrien Morenas à Carpentras, 2018 faits divers
Carpentras : la permanence d'un député LaREM vandalisée par un mystérieux "GJ"

Le député du Val-d'Oise, qui fait également état de ses "réserves" concernant le principe de fouilles à proximité d'une manifestation, estime que la proposition de loi portée par le patron des sénateurs LR, Bruno Retailleau, va dans son ensemble à l'encontre de l'ADN des marcheurs. 

"Notre ADN, c'est un libéralisme politique qui inclut la défense des libertés individuelles. Cette loi n'est pas fasciste ou ultra-liberticide, mais (...) on met le doigt dans un engrenage qui peut nous éloigner des principes fondamentaux", prévient-il.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Assemblée nationale La République En Marche Christophe Castaner
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7796429455
Loi "anticasseurs" : un député de la majorité ne votera pas le texte "en l'état"
Loi "anticasseurs" : un député de la majorité ne votera pas le texte "en l'état"
Le député REM du Val-d'Oise Aurélien Taché a annoncé que si le texte de la loi "anticasseurs" ne changeait pas, il refuserait de le voter le 5 février prochain.
https://www.rtl.fr/actu/politique/loi-anticasseurs-un-depute-de-la-majorite-ne-votera-pas-le-texte-en-l-etat-7796429455
2019-02-03 03:25:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/w98h2Tvuahc5nSF1nGCJjg/330v220-2/online/image/2019/0203/7796429467_aurelien-tache-depute-rem-du-val-d-oise-le-10-septembre-2018.jpg