1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Libération d'otages : "Le succès d'une méthode, pas un succès politique", dit Alba Ventura
3 min de lecture

Libération d'otages : "Le succès d'une méthode, pas un succès politique", dit Alba Ventura

REPLAY / ÉDITO - François Hollande restera comme le Président ayant fait libérer les derniers otages français. Ce n'est pas pour autant un succès politique pour le chef de l'État.

Alba Ventura
Alba Ventura
Crédit : Elodie Grégoire
Libération d'otages : "Le succès d'une méthode, pas un succès politique", dit Alba Ventura
00:03:20
Libération d'otages : "Le succès d'une méthode, pas un succès politique", dit Alba Ventura
00:03:22
L'invité de RTL - Alba Ventura
Alba Ventura

Serge Lazarevic, dernier otage français dans le monde jusqu'à sa libération, est rentré en France mercredi 10 décembre matin, après plus de trois années de captivité au Sahel aux mains d'Al-Qaïda. C'est toujours un succès d'obtenir la libération d'un otage.

Tout se joue désormais au-dessus de l'Élysée

C'est un travail de fond et de longue haleine. Il mobilise toutes les forces du pays : les services de Renseignement et les services du ministère des Affaires étrangères.

Dans ce cas très précis, ce sont des discussions et des négociations avec des acteurs locaux et les présidents du Niger et du Mali. Il y a une très grande implication de la part de la diplomatie française, du Premier ministre et bien évidemment du président de la République.

C'est sans doute aussi le succès d'une méthode. Une méthode dont on est à peu près sûr qu'elle se solde par le versement d'une rançon, même si c'est un aspect que nos dirigeants veulent garder secret.

Il n'y a rien de politique ni de politicien dans une libération d'otage

Alba Ventura
À écouter aussi

En revanche, on ne peut pas parler de succès politique pour François Hollande. Dans une libération d'otage, il n'y a rien de politique, ni de politicien. Le Président ne peut pas récupérer cette affaire. Même s'il a été au cœur de cette libération, cela se joue au-dessus de lui à présent. C'est désormais le temps de l'émotion. Il y a un élan de sympathie entre les Français et notre otage et sa famille.

Ce qui l'emporte aujourd'hui, c'est le soulagement de voir Serge Lazarevic rentrer en France. On est soulagé pour sa fille, que l'on a pu entendre il y a trois semaines environ sur RTL. Cette jeune femme a fait preuve de courage. Ceux qui l'ont reçue ont d'ailleurs été frappé par sa force. Aujourd'hui, c'est pour cette famille que tout ça est le plus beau. Cela met du baume au cœur.

Ce que l'on retient, bien sûr, c'est que c'est une actualité positive. Cela fait du bien au climat ambiant. François Hollande, d'une certaine manière, est l'un des acteurs de ce moment de communion. Il est le Président des bonnes nouvelles. Ce n'est pas si souvent.

Aucun bénéfice "sondagier"

Il ne tire pas plus de bénéfice que Nicolas Sarkozy en route entre le Gabon et le Rwanda en février 2010. L'ancien chef de l'État avait fait un crochet en pleine nuit au Mali pour rendre visite à l'un de nos otages tout juste libéré.

Pas plus qu'Édouard Balladur au moment de la crise de l'Airbus A300 et des otages du GIA. On était cinq mois avant la présidentielle de 1995. C'est Jacques Chirac qui l'avait emporté.

Jacques Chirac sait mieux que quiconque que l'on n'en tire aucun bénéfice. En 1988, celui qui est Premier Ministre et candidat à la présidentielle, annonce, en plein meeting à Strasbourg, dans l'entre-deux tours, la libération des otages du Liban. Il sera battu par François Mitterrand.

C'est une parenthèse qui replace François Hollande dans son costume de chef des Armées

Alba Ventura

Cela fait partie des événements qui ne rapportent pas grand-chose au sens "sondagier" du terme. L'avantage qui peut en être tiré sera de courte durée. Les Français retournent rapidement à leurs préoccupations.

Cela dit, comme à chaque fois qu'il est sur le terrain de la politique étrangère, c'est une parenthèse qui replace François Hollande dans sa fonction, dans son costume de chef des Armées. C'est le François Hollande qui réussit à l'international, comme il a réussi la semaine dernière sa rencontre avec Vladimir Poutine.

De ce point de vue, c'est un succès pour la France et un succès pour l'État français. Personne ne va bouder son plaisir.

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/