1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. "Les électeurs de la droite doivent regretter de ne pas avoir choisi Juppé", dit Alain Duhamel
1 min de lecture

"Les électeurs de la droite doivent regretter de ne pas avoir choisi Juppé", dit Alain Duhamel

ÉDITO - Convoqué le 15 mars prochain devant les juges, François Fillon a annoncé qu'il restait malgré tout candidat à l'élection présidentielle.

Alain Juppé à Bordeaux, le 16 février 2017
Alain Juppé à Bordeaux, le 16 février 2017
Crédit : NICOLAS TUCAT / AFP
"Les électeurs de la droite doivent regretter de ne pas avoir choisi Juppé"
03:03
"Les électeurs de la droite doivent regretter de ne pas avoir choisi Juppé" dit Alain Duhamel
03:02
Alain Duhamel

François Fillon a donc dramatisé, au maximum, la situation dans laquelle il se trouve. Après avoir annulé à la dernière minute sa venue au Salon de l'agriculture, le candidat de la droite et du centre a organisé une conférence de presse pour annoncer lui-même qu'il était convoqué par les juges le 15 mars prochain aux fins de mise en examen. François Fillon a, dans le même temps, confirmé qu'il ne renonçait pas à sa candidature, tout en dénonçant un "assassinat politique" et un "viol" de l'état de droit à son égard. Pour lui pas de doute, le pouvoir judiciaire a pris "en otage" la présidentielle et il s'en remet donc seulement au suffrage universel. Mais se présenter comme une victime, est-ce une bonne stratégie ? 

Pour Alain Duhamel, "c'est médiatiquement réussi, politiquement raté et judiciairement absurde". L'éditorialiste estime que François Fillon a réussi à détourner l'attention de sa mise en examen. "La seule réplique possible était de créer un énorme choc." Un choc qu'il a intelligemment orchestré en commençant par repousser sa venue au Salon de l'agriculture, puis en annonçant une conférence de presse, dont personne ne connaissait la teneur. 

"Mais politiquement parlant, c'est complètement raté. À la fin de la journée, il est plus faible qu'il ne l'était au départ. Il est totalement enfermé sur le terrain le plus dangereux pour lui, qui est le terrain judiciaire. Il le sait et surtout, il apparaît comme un candidat aux abois", juge Alain Duhamel.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/