1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Législatives 2022 : que contient l'accord passé entre EELV et la France insoumise ?
2 min de lecture

Législatives 2022 : que contient l'accord passé entre EELV et la France insoumise ?

Les Verts et la France insoumise ont posé la première pierre d'une union de la gauche, en trouvant un accord dimanche 1er mai dans la soirée.

Présent à une manifestation du 1er mai, Jean-Luc Mélenchon a fait le point sur les négociations avec le PS.
Présent à une manifestation du 1er mai, Jean-Luc Mélenchon a fait le point sur les négociations avec le PS.
Crédit : Thomas COEX / AFP
Accord signé entre LFI et EELV pour les législatives
00:04:03
Législatives 2022 : que contient l'accord passé entre EELV et la France insoumise ?
00:04:03
Micro générique Switch 795x530
Aurélie Herbemont - édité par Alexandre Bozio

À un peu plus d'un mois du premier tour des élections législatives, les négociations entre les différents partis de gauche avancent, avec notamment un premier accord entre la France insoumise et le parti écologiste EELV. Les deux mouvements ont ainsi acté la "nouvelle union populaire écologiste et sociale". 

Le week-end a permis de faire les derniers compromis, autour du rapport à l'Europe ("désobéissance" mais seulement à certaines règles économiques et budgétaires si besoin), du label commun ("Nouvelle Union populaire écologique et sociale") ou encore sur le partage des circonscriptions, sujets les plus âprement débattus. 

Les Verts présenteront donc des candidats dans près de 100 circonscriptions, dont 30 sont considérées comme gagnables. Néanmoins, cet accord n'a pas fait que des heureux lors du conseil fédéral écologiste de ce dimanche, certaines candidatures étant sacrifiées au nom de l'alliance. Les Verts espèrent désormais obtenir un groupe à l'assemblée nationale, groupe qui n'existe plus depuis 2017. 

Mais qu'en est-il des discussions avec les autres familles de gauche ? Les tractations entre LFI et le PS reprennent ce matin et semblent en bonne voie. Un député insoumis a même confié : "On y met le prix pour que cela marche, on leur fait des propositions supérieures à leurs résultats à la présidentielle". Pour le parti de Jean-Luc Mélenchon, l'essentiel est la finalisation d'un accord avant ce week-end, avec notamment une journée spéciale investiture ce samedi 7 mai. Cette union fait néanmoins grincer des dents chez certains cadres historiques du PS, mais la direction s'en moque : "On a fixé un cap et on est majoritaires", balaye un négociateur. 

À lire aussi

L'alliance entre les trois partis commence donc à être réellement envisageable. Preuve en est, une communication identique de la part de trois membres des différents partis qui ont assuré devoir "faire en quelques jours ce qui aurait dû prendre des mois". Un membre du Parti socialiste veut croire en la force politique de cette union : "Si on arrive à avoir 577 candidats communs, ils auront une vraie force propulsive et cela vaudra le coup d'avoir pris une semaine".

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/