1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Législatives 2022 : le candidat de la Nupes à Nantes visé par des tags menaçants et homophobes
2 min de lecture

Législatives 2022 : le candidat de la Nupes à Nantes visé par des tags menaçants et homophobes

Andy Kerbrat, candidat de la Nupes dans la deuxième circonscription de Loire-Atlantique, a découvert des tags menaçants et à connotation homophobe le visant directement dans son quartier. Il a porté plainte.

Andy Kerbrat a diffusé une photographie des tags qui le visaient.
Andy Kerbrat a diffusé une photographie des tags qui le visaient.
Crédit : Twitter @AndyKerbrat2022
Sandra Cazenave

"Kerbrat, t'es qu'une salope", "LFI sac à merde", "Kerbrat, on sait où tu habites", "Kerbrat va te pendre" : le candidat de la Nupes pour la deuxième circonscription de Loire-Atlantique, Andy Kerbrat, a découvert, lundi 30 mai au matin, avec effroi près de 10 inscriptions menaçantes et pour certaines à connotation homophobe dans son quartier de Nantes, dont une face à son appartement. Certaines le visaient nommément, quand d'autres s'attaquaient à son parti, la France insoumise. 

Encore choqué, il dénonce "une campagne d'intimidation". "Ils ont essayé de me couper dans mon élan. Cela m'a fait mal, ainsi qu'à mes proches... Peur aussi, à moi, comme aux militants, mais on se serre les coudes", confie auprès de RTL.fr celui qui est "ouvertement LGBT". Ces attaques sont une première pour lui et il ne les laisse pas passer. La mairie a été prévenue et mardi matin, les graffitis avaient été nettoyés. De même, Andy Kerbrat a porté plainte contre X. 

Il va désormais prendre des mesures de sécurité, tout comme ses camarades. "Nous allons éviter d'être seul lors des sorties, lors des tractages", précise le candidat.

Dans cette épreuve, il a été largement soutenu : par ses adversaires de droite aux législatives, mais aussi par Johanna Rolland, la maire de Nantes, ainsi que des figures de LFI comme Manon Aubry, Raquel Garrido ou encore Manuel Bompard. "Cela m'a libéré de voir cette unité républicaine", lâche-t-il, rappelant que la loi interdit de tenir des propos discriminants contre les personnes LGBT. 

Comment expliquer cette déferlante de haine ? "Je suis engagé dans la lutte contre l'extrême droite et notamment à Nantes", tente-t-il d'expliquer à RTL.fr. Cela pourrait aussi être dû à l'emballement autour de sa candidature, la circonscription "étant gagnable"

L'Insoumis rappelle aussi qu'il y a un contexte, une histoire locale d'agressions symboliques, depuis quatre ou cinq ans, dans la ville de Loire-Atlantique. "Les drapeaux du centre LGBTQI + ont été arrachés, et plusieurs fois dégradés lors des marches de la fierté", décrit-il. 

Il veut désormais oublier cette haine pour se concentrer sur sa campagne, axée sur le pouvoir d'achat - Nantes fait face à une crise du logement -, la sécheresse, mais aussi le transfert du CHU. 

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire