1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Législatives 2022 : Édouard Philippe et Bruno Le Maire en compétition pour être l'employé du mois
2 min de lecture

Législatives 2022 : Édouard Philippe et Bruno Le Maire en compétition pour être l'employé du mois

La campagne des législatives monte en puissance. Et en Macronie, il y en a deux qui se disputent la palme du plus mobilisé.

Bruno Le Maire et Édouard Philippe, en 2018.
Bruno Le Maire et Édouard Philippe, en 2018.
Crédit : BERTRAND GUAY / AFP
Philippe et Le Maire en compétition pour être l'employé du mois des législatives
00:03:38
Législatives 2022 : Édouard Philippe et Bruno Le Maire en compétition pour être l'employé du mois
00:03:38
Micro générique Switch 795x530
Aurélie Herbemont - édité par Thomas Pierre

Ils ne sont pas candidats mais ils s'activent dans cette campagne des législatives : Édouard Philippe et Bruno Le Maire. 

L'ancien premier ministre, qui a monté son parti Horizons, a 58 candidats. D'ici le premier tour, il sera allé soutenir 30 prétendants, parfois quatre dans la journée. Vendredi, c'est la Mayenne, samedi le Calvados avec tous les candidats de la majorité présidentielle. Ajoutez à cela 45 vidéos de soutien d'Édouard Philippe aux candidats qu'il n'a pas le temps d'aller voir, "et des tonnes de messages de soutien écrits", dixit son entourage. Bref il fait campagne à fond. 
 
Bruno Le Maire aussi est mobilisé. Son carnet de bal est très rempli : déjà sept déplacements au compteur, encore 11 programmés. L'idée est d'arriver à une trentaine. Bruno Le Maire sera en Alsace jeudi pour soutenir trois candidats, vendredi il en verra cinq en Côte-d'Or. Et lui aussi multiplie les vidéos de soutien : 41. Plus une centaine de petits mots écrits qui sont insérés dans les professions de foi des candidats.  

Des arrière-pensées politiques ?

Ont-ils des arrière-pensées ? Si peu... Édouard Philippe a clairement la présidentielle de 2027 dans le viseur. Donc ça ne fait pas de mal de réaliser un petit tour de France express. Et puis faire gagner ses candidats c'est important. "Il veut participer à la réussite du quinquennat tout en restant libre", explique un de ses proches. Le fameux refrain "loyal mais libre" qui doit permettre à Édouard Philippe de préparer son avenir. 

Côté Bruno Le Maire, c'est la version "ultra loyal". Il a sa carte chez En Marche. Son entourage assure qu'il ne pense pas à 2027 aujourd'hui, qu'il va juste au charbon pour assurer une majorité claire au président car "il n'y aura de réussite pour personne si le quinquennat échoue". Bon, il a déjà été candidat à la primaire de la droite en 2016. Donc l'Elysée doit toujours être dans un coin de sa tête. Cela ne s'était pas très bien passé : 2,4%. 

La succession déjà ouverte ?

Mais depuis Bruno Le Maire est devenu un homme fort du gouvernement, le ministre le plus populaire. Un proche d'Emmanuel Macron se marre : "La succession a été ouverte au lendemain de la réélection du président", puisqu'il ne pourra pas se représenter. Un conseiller de l'exécutif a déjà le calendrier en tête : "on va réformer jusqu'en 2024, et au lendemain des JO, la guerre de succession commencera pour de bon". 

La rédaction vous recommande
À écouter aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/