3 min de lecture Société

Le président de la République doit-il souhaiter "Joyeux Noël" aux Français ?

ÉDITO - Si les vœux télévisés du chef de l'État aux Français le 31 décembre sont une tradition bien établie, il n'en va pas de même pour Noël, fête familiale, mais surtout fête chrétienne.

OlivierBost_245x300 L'Edito Politique Olivier Bost iTunes RSS
>
Le président de la République doit-il souhaiter "Joyeux Noël" aux Français ? Crédit Image : Ludovic MARIN / AFP / POOL | Crédit Média : RTL | Durée : | Date :
La page de l'émission
Marie-Bénédicte Allaire
Marie-Bénédicte Allaire Journaliste RTL

"Le président de la République souhaite de joyeuses fêtes aux Françaises et aux Français". Cette phrase conclut le communiqué qu'a diffusé l'Elysée hier pour annoncer qu'Emmanuel Macron s'était rétabli. Une phrase qui n'est pas si anodine que ça.

Effectivement, les vœux télévisés du président de la République aux Français, le 31 décembre, sont une tradition bien établie, mais il n'en va pas de même pour Noël, fête familiale, mais surtout fête chrétienne. On imagine donc que chaque année les conseillers du chef de l'État remuent la question dans tous les sens. Faut-il appliquer strictement le principe de laïcité, et ne rien dire, ou peut-on considérer que Noël étant un jour férié, fêté par tous, croyants ou pas, un petit message sera le bienvenu ?

Dans les deux cas, vous êtes perdant. La polémique viendra d'un camp ou de l'autre. L'an dernier, le silence d'Emmanuel Macron lui avait été reproché. Le Rassemblement national et une partie de la droite s'étaient scandalisés : indignation qui n'avait d'autre but que de souligner qu'il était, supposément, plus attentionné vis à vis des autres religions, et notamment vis à vis de l'islam. C'est très exagéré : Emmanuel Macron n'a évoqué qu'une fois la fin du Ramadan, la première année de son mandat.

La droite et la gauche critiquent

Du coup, cette année, l'Élysée a voulu se montrer habile avec cette formule qui parle de Noël sans en parler, mais à l'inverse, quand on a annoncé que le couvre-feu serait levé pour la soirée de Noël, et pas pour le Nouvel An, c'est une partie de la gauche, la France insoumise en tête, qui a ironisé sur le fait qu'on choisissait de préserver ce moment cher aux chrétiens.

À lire aussi
gouvernement
Pourquoi les États généraux de la laïcité sont-ils critiqués ?

D'ailleurs, où le Président a-t-il passé la soirée d'hier et où sera-t-il aujourd'hui, à l'Élysée ? Un secret jalousement gardé tous les ans.. Et pourquoi pas ? Après tout en cette période, pourquoi le chef de l'État n'aurait-il pas droit à un peu de vie privée.

En 2017, l'Élysée avait d'ailleurs refusé de confirmer qu'Emmanuel Macron était parti pour la Mongie, sa station de ski préférée, dans les Hautes-Pyrénées. Il avait déjà chaussé les skis que ses services démentaient encore. Problème, le Président voyant des caméras avait quand même distillé de petits messages politiques. Depuis, il a corrigé le tir. Les deux années suivantes, les Macron ont passé Noël au fort de Brégançon.

Des polémiques dès 2017

Cette première année à l'Élysée avait d'ailleurs été fertile en polémique. Début décembre 2017, Emmanuel Macron invite sa famille au château de Chambord pour fêter ses 40 ans, mais aussi Noël, avec un peu d'avance. Là encore, l'opposition, de Nicolas Dupont-Aignan à Jean-Luc Mélenchon, se régale en tirant à boulets rouges sur ce jeune président qui a une si haute idée de lui-même qu'il investit un château de la Renaissance pour son bon plaisir.

L'Élysée se défend et assure qu'Emmanuel Macron a payé avec ses propres deniers, et rend même public le coût de la salle : 600 euros, moins cher qu'une salle en Île-de-France, dit même un conseiller. Qu'importe, le symbole était un peu osé, il faut dire.

Des polémiques qu'avait connues Sarkozy

Il faut être juste, Emmanuel Macron n'est pas le premier à générer des polémiques, ni d'ailleurs à utiliser des moments privés ou intimes comme vecteur de communication politique. Nicolas Sarkzoy avait profité de la fin d'année 2008, annus horribilis pour lui sur le plan privé puisque son épouse l'avait quitté, pour officialiser sa relation avec Carla Bruni quelques jours après Noël.

Le chef de l'État était en voyage officiel en Jordanie, mais le programme comportait une partie privée que les photographes n'avaient pas loupée. Le nouveau couple était apparu dans les ruines de Pétra, lunettes de soleil sur le nez, le fils de Carla Bruni juché sur les épaules de Nicolas Sarkozy. Une petite carte postale pour faire comprendre aux Français qu'avec Carla, c'était du sérieux.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Société Présidence de la République Noël
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants