1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. La République En Marche craint que de nouveaux "frondeurs" se révèlent

La République En Marche craint que de nouveaux "frondeurs" se révèlent

CONFIDENTIELS RTL - C'est un sujet que La République En Marche voudrait mettre sous le tapis : les "frondeurs". Le patron de la majorité a recadré ses troupes en milieu de semaine. Ce n'est pas la première fois, et ça commence à générer pas mal de frustrations.

Le patron des députés REM, Richard Ferrand, le 21 mars 2018 à l'Assemblée nationale
Le patron des députés REM, Richard Ferrand, le 21 mars 2018 à l'Assemblée nationale
Crédit : AFP / JACQUES DEMARTHON
La République En Marche craint que de nouveaux "frondeurs" se révèlent
03:17
La République En Marche craint que de nouveaux "frondeurs" se révèlent
03:15
Générique 1
Vincent Derosier
Journaliste

Les député ont repris cette semaine le chemin de l'Assemblée nationale. Les vacances n'ont pas levé tous les doutes. Dans la majorité, on craint que de nouveaux "frondeurs" se révèlent. C'est un député très loyal qui en est persuadé : "Oui il y a un risque de fronde". Et Richard Ferrand l'a senti.

Le patron des députés REM a resserré les boulons en réunion de groupe, mercredi 9 mai, pour la deuxième fois en quelques semaines. Il y a déjà eu des menaces avant la loi Asile et Immigration. Et cette fois-ci, c'est un recadrage sec contre ceux qui déposent des amendements sans autorisation du groupe.

Qui dit acte d'autorité à répétition dit souvent mécontentement. Plusieurs parlementaires ressentent de la frustration. Notamment ceux qui ont travaillé sur des amendements, qui vont partir directement à la poubelle.

Ambiance pesante

Cela ne veut pas dire qu'ils vont quitter le groupe. C'est surtout que l'ambiance peut devenir pesante pour un député proche du Président. Les sujets de société risquent de provoquer pas mal de tensions : la procréation médicalement assistée (la PMA) ou la fin de vie, notamment.

À lire aussi

Il y aussi les textes sur le logement ou sur la formation professionnelle qui arrivent. Les "Marcheurs" les plus à gauche vont vouloir faire entendre leur fibre sociale. "L'enjeu, explique un député, c'est d'éviter que ces débats aient lieu sur la place publique".

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/