1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. "La loi El Khomri ne vaut pas tripette", s'insurge Hervé Mariton
1 min de lecture

"La loi El Khomri ne vaut pas tripette", s'insurge Hervé Mariton

INVITÉ RTL - Le député de la Drôme ne votera pas le projet de loi sur le travail. Il préconise des "accords au sein des entreprises" pour rythmer la vie économique.

Hervé Mariton, invité de RTL le 1er mars 2016
Hervé Mariton, invité de RTL le 1er mars 2016
Crédit : Caroline Brenière / RTL.fr
"La loi El Khomri ne vaut pas tripette", s'insurge Hervé Mariton
00:09:06
"La loi El Khomri ne vaut pas tripette", s'insurge Hervé Mariton
00:09:15
Ludovic Galtier
Ludovic Galtier

Hervé Mariton est un des huit candidats déclarés à la primaire des Républicains de l'automne 2016. Et le député de la Drôme compte bien faire valoir ses différences avec ses adversaires. Contrairement à Nicolas Sarkozy, qui dit avoir changé d'avis, l'ex candidat à la présidence de l'UMP, qui publie Le printemps des libertés, entend abroger la loi Taubira sur le mariage pour tous et revenir sur l'esprit de la loi Veil, qui permet aux femmes d'avorter. "J'assume et je soutiens la loi Veil. C'est un droit tout à fait essentiel des femmes. Ce que je regrette, c'est que la gauche ait fait disparaître la notion de détresse. Je pense que l'avortement n'est pas un acte indifférent."

La France meurt d'hypocrisie

Hervé Mariton

Sur le plan économique, Hervé Mariton, qui veut en finir avec les cotisations patronales, revendique son côté décomplexé. "Je veux faire sauter des tabous, des hypocrisies. La France meurt d'hypocrisie". Le député, qui ne votera pas la loi travail de Myriam El Khomri, veut que les accords d'entreprise soient la règle, "des accords au sein de l'entreprise". "Le projet El Khomri ne vaut pas tripette : il y a des mesures intelligentes dedans mais la majorité est autobloquée parce que le gouvernement n'a pas osé faire sauter l'hypocrisie des 35 heures. La France crève de dérogation, la France crève d'hypocrisie que l'on n'ose pas faire sauter dans bien des domaines."

Autre proposition rarement entendue : un prélèvement sur le salaire des jeunes actifs, qui ont fait des études, pour financer leur formation a posteriori. "Dans une école de commerce, les étudiants prennent un prêt et ensuite ils rembourseront. Mon système est beaucoup plus juste que ça : c'est un système ouvert à tous, totalement équitable dans lequel on rembourse une part de sa formation une fois que l'on a un boulot."

La rédaction vous recommande
À lire aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/

Bienvenue sur RTL

Ne manquez rien de l'actualité en activant les notifications sur votre navigateur

Cliquez sur “Autoriser” pour poursuivre votre navigation en recevant des notifications. Vous recevrez ponctuellement sous forme de notifciation des actualités RTL. Pour vous désabonner, modifier vos préférences, rendez-vous à tout moment dans le centre de notification de votre équipement.