2 min de lecture Législatives 2017

"La droite peut rebondir à condition d'être moins bête", estime Alain Duhamel

DÉBAT - Alain Duhamel et Maurice Szafran s'interrogent sur la capacité de la droite à se remettre de l'échec des élections législatives.

Micro RTL générique On n'est pas forcément d'accord Yves Calvi & Les Signatures RTL iTunes RSS
>
"La droite peut rebondir à condition d'être moins bête", estime Alain Duhamel Crédit Image : SIPA | Crédit Média : RTLNET | Date :
La page de l'émission
La Semaine Politique - Duhamel
Alain Duhamel et Maurice Szafran

"Un sursaut est indispensable au second tour". C'est ainsi que François Baroin, le chef de file des Républicains pour ces élections législatives s'est adressé à ces électeurs au soir du premier tour, dimanche 11 juin. Si son parti n'a pas connu la même déroute que le PS, il n'en reste pas moins que la droite a elle aussi été emportée par la vague La République En Marche. En témoigne ce dernier sondage LégiTrack d'OpinionWay-ORPI pour Les Échos et Radio classique, qui estime entre 440 et 470 le nombre de sièges qu'occuperont les députés REM et MoDem à l'Assemblée nationale, sur les 577 que compte le Palais Bourbon. Derrière, l'alliance LR-UDI n'en récupérerait que 70 à 90, alors que le parti compte 205 députés aujourd'hui. Alors si cette lourde défaire se confirme, la droite peut-elle se relever ? 


"C'est la fin d'une époque, mais pas la fin de la droite", nuance Alain Duhamel, qui explique qu'elle demeure un parti d'alternance "alors que le Parti socialiste ne l'est plus". Néanmoins, selon l'éditorialiste, "la droite va sans doute se scinder en deux groupe à l'Assemblée nationale dès la semaine prochaine, et il n'est pas exclu qu'il y ait une scission au sein du parti", poursuit Alain Duhamel. 

Entre Bertrand et Wauquiez, il y a autant de différences qu'entre Mélenchon et Valls

Maurice Szafran
Partager la citation

Pour Maurice Szafran, éditorialiste à Challenges, la droite est "dans la même situation que le PS il y a une dizaine d'années : il y a des conflits idéologiques politiques et culturels importants entre différentes parties de la droite". Il reconnaît cependant que ces dernières semaines ont eu le mérite de faire revenir sur le devant de la scène les "questions idéologiques. Aujourd'hui entre Xavier Bertrand et Laurent Wauquiez par exemple, il y aura autant de différence qu'entre Jean-Luc Mélenchon et Manuel Valls, et ces gens-là vont avoir les plus grandes difficultés à vivre au sein du même parti", explique le journaliste. 

En tout cas pour Alain Duhamel, la droite classique alliée à l'UDI sera le principal parti d'opposition pour les 5 ans à venir. "La droite va prendre une déculottée à l'Assemblée nationale, mais va rester puissante au Sénat et dans les collectivités locales. Elle a une capacité de rebond progressif à condition d'être moins bête qu'elle ne l'a été depuis deux ans", conclut l'éditorialiste. 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Législatives 2017 Droite Les Républicains
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants