1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. La COP21 est "une question de survie humaine", estime Ségolène Royal
2 min de lecture

La COP21 est "une question de survie humaine", estime Ségolène Royal

LE GRAND JURY - La ministre de l'Écologie a tenu à rappeler que de nombreuses mesures ont été mises en place à Paris pour lutter contre la pollution.

Ségolène Royal, ministre de l'Écologie, invitée du Grand Jury, le 13 septembre 2015
Ségolène Royal, ministre de l'Écologie, invitée du Grand Jury, le 13 septembre 2015
Crédit : RTL / Frédéric Bukajlo / Abacapress
La COP21 est "une question de survie humaine", estime Ségolène Royal
25:06
Fermeture de Fessenheim : il n'y a "aucune ambiguïté", dit Ségolène Royal
52:49
Marie-Pierre Haddad

La conférence sur le climat organisée à Paris en décembre approche à grand pas. "C'est une question de survie humaine. Nous vivons comme si nous avions trois planètes (...) On va décider à Paris qui va avoir le droit de vivre et qui va avoir le droit de mourir. Nous faisons partie de la chaîne du vivant, quand il y a des prédateurs qui détruisent des forêts et polluent les mers, au bout de la chaîne c'est l'humain qui est en danger", déclare Ségolène Royal, invitée du Grand Jury RTL/ Le Figaro/ LCI. 
 
La ministre de l'Écologie a tenu à rappeler qu'"aucun pays ne voulait accueillir cette conférence climat. Le chef de l'État a voulu l'accueillir. (...) Les Français et les entreprises commencent à comprendre que la croissance verte ça rapporte, ça crée des emplois".

Je n'instrumentalise pas politiquement la COP21, comme le font certains

Ségolène Royal

Face aux nombre d'intervenants qui circuleront dans la capitale, Claude Bartolone a écrit à Manuel Valls  afin de sensibiliser aux "désagréments" qui pourraient toucher les Franciliens. "Cela relève de la responsabilité des élus locaux qui devraient ne pas mélanger les rôles. Il y a un secrétariat général de l'organisation de la conférence. Toutes les bonnes idées sont les bienvenues. Je n'instrumentalise pas politiquement cette conférence, comme le font certains", explique Ségolène Royal.

Plus généralement sur les transports, la loi de transition énergétique prévoit une indemnisation kilométrique pour ceux qui se rendront sur le lieu de travail en vélo. Cette méthode "existe dans d'autres pays (…) C'est en discussion mais je pense qu'elle tournera autour de 12 ou 15 centimes par kilomètres", a déclaré la ministre qui ajoute que cette expérience menée l'an dernier auprès de 8.000 salariés avait "très bien fonctionné" avec un triplement de la part de ceux utilisant ce mode de transport pour aller de leur domicile à leur travail. 

Les entreprises volontaires avaient accepté d'octroyer une indemnité de 25 centimes net par kilomètre parcouru en vélo par leurs salariés. L'indemnité devrait en principe être exonérée de cotisations sociales, dans la limite d'un montant fixé par décret. Pour les salariés, elle pourrait être déductible de l'assiette de l'impôt sur le revenu. 

La pastille verte disponible à la fin du mois

À lire aussi

Autre mesure : la pastille verte. Annoncée au printemps, elle pourra entrer en vigueur "à la fin du mois, probablement le 25 septembre". L'objectif est de "faire des transports plus propre (...) et d'éliminer les véhicules les plus polluants. Il y a une prime de 10.000 euros pour tous ceux qui vont acheter une voiture électrique", explique la ministre de l'Écologie. Ce système ne sera pas obligatoire et "gratuit pendant six mois", annonce-t-elle.

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/