1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. L'État prévoit bien de défiscaliser à nouveau les heures supplémentaires
1 min de lecture

L'État prévoit bien de défiscaliser à nouveau les heures supplémentaires

Gérald Darmanin, ministre de l'Action et des Comptes publics, a annoncé que le gouvernement allait mettre en œuvre cette promesse faite par Emmanuel Macron durant la campagne présidentielle, mais qui n'avait plus été évoquée depuis son investiture.

Gérald Darmanin le 23 septembre 2014
Gérald Darmanin le 23 septembre 2014
Crédit : AFP / Joël Saget
Julien Absalon & AFP

Cette mesure phare de la droite n'était pas au menu de la déclaration de politique générale d'Édouard Philippe. Elle n'était pas non plus évoquée dans les différentes explications de feuille de route sur l'orientation économique et budgétaire du quinquennat.

Néanmoins, cette promesse d'Emmanuel Macron durant la campagne présidentielle devrait bien se concrétiser sous peu. Par la voix de son ministre de l'Action et des Comptes publics, Gérald Darmanin, le gouvernement a annoncé son intention de défiscaliser les heures supplémentaires.

"C'est cette majorité qui va faire la défiscalisation des heures supplémentaires", a répondu Gérald Darmanin à une députée LR lors de la séance de questions au gouvernement. Aucune précision n'a cependant été donnée sur un calendrier de mise en oeuvre de cette réforme. Selon une étude de l'Observatoire français de la conjoncture économique (OFCE), cette exonération coûterait 3 milliards d'euros par an en moyenne au cours du quinquennat et pourrait détruire près de 19.000 emplois à l'horizon 2022.

Un dispositif créé en 2007, puis abrogé en 2012

L'exonération de charges sociales des heures supplémentaires était entrée en vigueur sous la présidence de Nicolas Sarkozy en mai 2007. Ce dispositif, qui s'inscrivait dans le credo "Travailler plus ou gagner plus", a été abrogé en septembre 2012, peu après l'arrivée au pouvoir de François Hollande.

À lire aussi

En avril 2017, Emmanuel Macron avait expliqué sa position sur le sujet, en critiquant la décision de François Hollande. "L'abrogation de l'exonération de charges sociales sur les heures supplémentaires, en 2012, a porté un coup au pouvoir d'achat des classes moyennes et populaires", faisait-il savoir sur son compte Twitter.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/