1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. L'État a-t-il abandonné ses territoires ?
1 min de lecture

L'État a-t-il abandonné ses territoires ?

INVITÉS RTL - Les centres-villes ruraux sont souvent délaissés. Ces cœurs de villes se vident de leurs commerces et même de leurs habitants. Jean-Baptiste Moreau, député de la majorité, et Michel Fournier, président des maires ruraux de France, ont présenté les solutions pour sauver les petites villes et villages.

Les cafés et bistrots sont menacés
Les cafés et bistrots sont menacés
Crédit : ERIC CABANIS / AFP
L'État a-t-il abandonné les territoires ?
00:08:54
Yves Calvi & Théo Putavy

"Nous sommes abandonnés depuis pas mal d'années." Michel Fournier, président des maires ruraux de France, dresse un constat sans appel. Pour lui, les villes de moins de 20.000 habitants et les villages manquent de moyens pour "retrouver un dynamisme" et ne pas voir disparaître tous les commerces. 

Il existe toutefois des actions concrètes. Jean-Baptiste Moreau, député LaREM de la Creuse, souligne l'importance d'initiatives comme "Action Cœur de Ville" avec 5 milliards d'euros en 5 ans ou "Action petites villes de demain" pour "redynamiser des centre-bourgs". Encore plus précise, l'"Opération 1.000 cafés" a reçu plus de 1.000 demandes selon le député. 

"C'est bien, mais il faut pouvoir en vivre", tempère Michel Fournier, "sur les 1.000 demandes, il n'y en a qu'une centaine qui a été réalisée". Il demande la création de "Villages d'avenir". Pour pérenniser les projets, il faut donc faire appel aux collectivités. "Les collectivités doivent servir de fer de lance de ce mouvement", ajoute Jean-Baptiste Moreau. "La mutualisation peut permettre l'ingénierie des projets."

Transformer l'envie de venir en envie de rester

Les différents confinements successifs ont vu de nombreux Français quitter les villes pour rejoindre le milieu rural. "Pendant le Covid, on a accueilli beaucoup de personnes en Creuse. Il faut maintenant les faire rester", suggère le député LREM. Accessibilité, internet, aménagements urbains : le chemin est encore long. Surtout que la qualité des moyens de communication est "moins bonne" ces dernières années selon Michel Fournier. 

À lire aussi

Alors, Jean-Baptiste Moreau conclut : "il y a une envie de campagne. Maintenant, c'est à nous de la transformer en envie de rester".  

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/