1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. François Fillon : pourquoi parle-t-on autant de l'hypothèse Juppé ?
2 min de lecture

François Fillon : pourquoi parle-t-on autant de l'hypothèse Juppé ?

ÉCLAIRAGE - Le maire de Bordeaux semble avancer ses pions dans l'espoir de remplacer François Fillon, après les défections que subit ce dernier.

François Fillon et Alain Juppé, le 23 mars 2015
François Fillon et Alain Juppé, le 23 mars 2015
Crédit : NICOLAS TUCAT / AFP
Marie-Pierre Haddad

L'hypothèse avait été balayée par le principal concerné, mais elle semble pourtant se concrétiser. Et si Alain Juppé remplaçait François Fillon ? Selon des confidences de son entourages à l'AFP, le maire de Bordeaux ne se "défilera pas" si "François Fillon se retire de lui-même". 

En parallèle, le candidat de la droite et du centre n'a de cesse de le répéter : "Sept jours sur sept, 24 heures sur 24, la machine à broyer, la machine à scoops, la machine à rumeurs s'est mise en marche. Mais je vous le redis : je n'ai pas l'intention de me coucher", lançait-il lors de son meeting à Nîmes, le 2 mars. Pourtant, Alain Juppé, arrivé second à la primaire de la droite pourrait bien être tenté - après de très nombreux appels du pied - à endosser le costume du recours.

Désormais, plus question de parler de "plan B", mais de "plan J", comme le note Le Parisien ce vendredi 3 mars. Pourtant, rien n'était gagné d'avance pour les juppéistes. Dès les premières révélations du Canard Enchaîné sur les soupçons d'emplois fictifs de l'épouse de François Fillon, toute l'attention s'était retournée vers Alain Juppé. Le 6 février dernier, il affirmait : "J'ai un peu de mal à comprendre d'où viennent ces rumeurs. J'ai dit quelle était ma position : clairement et définitivement, c'est non. Et vous me connaissez, non c'est non !".

Éviter le "suicide collectif"

Mais que s'est-il passé depuis un mois ? François Fillon a continué à perdre des points dans les sondages et l'épisode du report de sa visite au Salon de l'Agriculture pourrait lui avoir été fatal. Le maintien de sa candidature et la charge à l'encontre des juges n'a pas plu dans son entourage. Bruno Le Maire, Benoist Apparu, Gilles Boyer et des dizaines d'autres ont quitté l'équipe de campagne du candidat, en seulement 24 heures. Le point de non-retour a été franchi avec le départ de Thierry Solère, le porte-parole de l'ancien premier ministre.

Présidentielle 2017
À lire aussi

Parmi les départs en cascade, bon nombre de juppéistes sont à dénombrer. Et c'est là que "le portable du maire de Bordeaux a chauffé", raconte Le Parisien. Mais Alain Juppé entend bien imposer sa façon de faire. "Je resterai loyal. Je ne me défilerai pas. Cette situation ressemble à un suicide collectif", confie-t-il. Mais il juge que "l'appel ne peut pas venir que des gens qui étaient déjà pour moi, il faut que ce soit plus large". 

Alain Juppé n'est pas un putschiste

Entourage d'Alain Juppé

Ce retour pourrait se faire malgré les réticences de Nicolas Sarkozy. Comme le dévoile Le Monde, il y a deux jours, François Fillon a téléphoné à l'ancien président de la République. Ce dernier lui aurait conseillé de "décider en son âme et conscience". "Je serai loyal. Si tu restes, je serai avec toi. Si tu pars, je comprendrai", lui-a-t-il dit. Mais cela se ferait sous une certaine condition : pas Alain Juppé. "Sarkozy préfère un Fillon perdant qu'un Juppé gagnant", affirme un juppéiste cité par le quotidien.

Mais pour l'instant, l'entourage d'Alain Juppé tente de calmer les esprits. "C'est un homme de devoir sauf qu'il faut que ces deux conditions soient remplies et le préalable, c'est que (François) Fillon s'en aille de lui-même (...) Alain Juppé n'est pas un putschiste". 

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/