2 min de lecture Jean-François Copé

Jean-François Copé : "Je peux être élu à la présidence de la République"

L'ancien chef de l'UMP croit dur comme faire à son retour en politique et pense se présenter aux primaires à droite "pour la France".

Jean-François Copé devant des partisans de l'UMP (archives)
Jean-François Copé devant des partisans de l'UMP (archives) Crédit : CHARLY TRIBALLEAU / AFP
Cécile De Sèze
Cécile De Sèze
Journaliste RTL

Il avait presque disparu des écrans radars. S'il est encore actif sur son blog et a donné une interview à Valeurs Actuelles en juillet dernier, Jean-François Copé est resté très discret dans les médias depuis son départ de la présidence UMP en mai dernier, éclaboussé par l'affaire Bygmalion. Mais il est de retour cette semaine dans les colonnes du Point (article payant), et pas qu'un peu. L'ancien chef de l'opposition y fait savoir qu'il entend se faire élire en 2017. Il serait en campagne pour les primaires ouvertes à droite, déjà en train de parcourir les routes de France. 

"Je peux être élu à la présidence de la République. Je dois me préparer à la primaire de la droite et du centre. Si les circonstances le permettent, il faut que je sois prêt", a-t-il déclaré avant de s'en persuader : "Je me dis : 'Tu fais ça pour la France ! Donc tu dois continuer, c'est ton devoir !'" Jean-François Copé ne doute de rien. 

Et d'après nos confrères, ses proches en sont conscients. Il serait "dans le déni" pour Brice Hortefeux, quand Charles Beigbeder raconte ne pas oser parler politique avec son "ami" pour ne pas avoir à lui dire : "Arrête, tu rêves". Alors qu'un "présidentiable à droite", comme le qualifie Le Point, affirme : "Il ira à la primaire avec un mélange de déni et de calcul. Entre ne pas y aller et faire un mauvais score, il se dit qu'il vaut mieux y aller. Et il ne pense même pas faire un mauvais score !".

Avec les annonces récentes de Nadine MoranoNathalie Kosciusko-Morizet qui pensent fortement à leur candidature, l'attente de l'officialisation de celle de Bruno Le Maire et la présence certaine d'Alain Juppé, François Fillon et Nicolas Sarkozy, il risque d'y avoir bousculade pour la place de candidat à la Présidentielle 2017 dans les rangs des Républicains. Mais l'actuel chef, Nicolas Sarkozy, a prévenu ses camarades sur son mur Facebook les invitants à ne pas être "obsédés trop tôt" par la primaire.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Jean-François Copé Les Républicains Primaires
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants