1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. "Je n'ai vécu qu'un seul 1er mai, celui du Front national", martèle Florian Philippot
2 min de lecture

"Je n'ai vécu qu'un seul 1er mai, celui du Front national", martèle Florian Philippot

REPLAY / INVITÉ RTL - Le vice-président du Front national condamne la manifestation de Jean-Marie Le Pen à laquelle se sont rendus trois cadres de son parti.

Florian Philippot, invité de RTL le 2 mai 2016
Florian Philippot, invité de RTL le 2 mai 2016
Crédit : Caroline Brenière / RTL.fr
"Je n'ai vécu qu'un seul 1er mai, celui du Front national", martèle Florian Philippot
09:20
"Je n'ai vécu qu'un seul 1er mai, celui du Front national", martèle Florian Philippot
09:30
Yves Calvi & Clémence Bauduin

Le 1er mai, symbole de division du FN ? Certainement pas selon Florian Philippot. "Le rassemblement autour de Jean-Marie Le Pen, ça n'est pas le Front national, il a été exclu du parti il y a 9 mois maintenant, martèle le vice-président du FN. Ils étaient 300 mais c'était le rassemblement autour de quelqu'un qui n'est pas de ma famille politique".

Dimanche 1er mai, pourtant, trois eurodéputés, dont deux cadres du parti, Marie-Christine Arnautu et Bruno Gollnisch, ont préféré le rassemblement de Jean-Marie Le Pen au banquet patriote de sa fille, déplacé pour la première fois à la Villette. Un bureau politique se réunit ce lundi 2 mai. Il statuera sur l'exclusion ou non de Bruno Gollnisch ou de Marie-Christine Arnautu.

"Trois élus aigris, trois rageux"

"D'eux-mêmes, quand on participe à une manifestation aussi hostile qui souhaite la défaite des patriotes et de Marine Le Pen en 2017, on doit, peut-être par dignité, se dire 'je n'ai plus rien à faire dans les instances dirigeantes du parti'. Si j'allais demain à un rassemblement anti-Marine Le Pen, je me dirais que je ne peux pas rester vice-président du FN", a lancé Florian Philippot, pour qui les personnes concernées "ne sont pas des dirigeants de premier plan du Front national".

Le Nouvel Obs a récemment recueilli les témoignages d'élus du FN qui ont quitté le parti : 8 à 10% auraient déchiré leur carte selon eux, et certains chiffres monteraient à 15%. "Le Nouvel Obs est complètement anti-Front national, ce n'est pas parce qu'il interviewe trois élus aigris, trois rageux, pour dire on n'aime plus le FN - parce qu'on n'a pas été investi - que c'est vrai", rétorque le vice-président du parti. Ces chiffres ont toutefois été confirmés par le secrétaire national du FN aux fédérations et à l'implantation. "Ça me paraît beaucoup", rétorque Florian Philippot.

La rédaction vous recommande
À lire aussi

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/