1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. INVITÉE RTL - Covid, Macron, Raoult : Agnès Buzyn défend sa gestion de la crise
2 min de lecture

INVITÉE RTL - Covid, Macron, Raoult : Agnès Buzyn défend sa gestion de la crise

L'ancienne ministre de la Santé affirme avoir alerté le gouvernement au début de la pandémie. "Je ne peux pas en vouloir au président de la République qui n'est pas médecin", nuance-t-elle.

Agnès Buzyn, invitée de RTL le 28 octobre 2022
Agnès Buzyn, invitée de RTL le 28 octobre 2022
Crédit : RTL
Agnès Buzyn est l'invitée de Yves Calvi
00:11:50
Yves Calvi_
Yves Calvi - édité par William Vuillez

Elle était le premier visage de la crise de la Covid-19 avant qu'Olivier Véran ne reprenne le flambeau. Agnès Buzyn, ancienne ministre de la Santé, mise examen pour sa gestion de la crise sanitaire, affirme n'avoir pas été entendue par Emmanuel Macron et Édouard Philippe au début de la pandémie. 

"Si j'avais voulu me sauver j'aurais pris la parole depuis bien longtemps", nous dit-elle, invitée de RTL ce vendredi 28 octobre. Les magistrats de la Cour de justice de la République (CJR) ont placé l'ancien Premier ministre Édouard Philippe sous le statut de témoin assisté. Il échappe ainsi à ce stade à une mise en examen dans cette affaire. Olivier Véran lui, n'a pas été entendu dans le cadre de cette enquête. 

"Je suis ravie pour le Premier ministre et j'espère qu'Olivier Véran échappera également à la mise en examen", dit-elle. "Nous sommes le seul pays au monde à attaquer ses dirigeants pour sa gestion de la pandémie", ajoute l'ancienne ministre. 

Je ne peux pas en vouloir au président de la République qui n'est pas médecin

Agnès Buzyn, ancienne ministre de la Santé

Agnès Buzyn affirme ne pas en vouloir au gouvernement mais plutôt au Conseil scientifique : "Je ne mets pas en cause des responsables politiques qui ne sont pas scientifiques ni médecins (...) Il y a des médecins qui ont senti le danger et qui ne se sont pas exprimés. Oui j'en veux à mes collègues qui ont été dans le déni complet et qui ont conseillé le président de République". 

À écouter aussi

"Je ne peux pas en vouloir au président de la République qui n'est pas médecin. Mes collègues sont les plus grands responsables de la cacophonie", insiste Agnès Buzyn, qui n'a pas du tout vu du bon œil le rapprochement à l'époque entre Emmanuel Macron et Didier Raoult. "Ça a été douloureux parce que j'avais alerté sur les risques des grands mégalos paranos en tant de crise. C'est le risque des crises alors qu'au contraire dans les crises on devrait entendre ceux qui ont le plus d'humilité parce que personne ne savait rien". 

"Il y a une une forme de lâcheté des grandes institutions", selon elle. "On est le seul pays à vouloir se flageller, à trouver les coupables. Non, tirons des leçons. La classe politique devrait faire attention à ne pas se mêler de science. En réalité, les experts les plus intelligents n'ont pas l'habitude des médias", précise-t-elle.  

La rédaction vous recommande
À lire aussi

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.