1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. Guerre Ukraine-Russie : les entreprises françaises doivent-elles quitter la Russie ?
3 min de lecture

Guerre Ukraine-Russie : les entreprises françaises doivent-elles quitter la Russie ?

INVITÉS RTL - Thierry Fabre, chef d'entreprise amené à commercer avec la Russie et Sylvie Matelly, économiste à l'Institut de relations internationales et stratégiques s'interrogent sur la pertinence de l'interdiction de commercer avec la Russie.

Des officiers de police russe, à Moscou (illustration)
Des officiers de police russe, à Moscou (illustration)
Crédit : KIRILL KUDRYAVTSEV / AFP
Les entreprises françaises doivent-elles quitter la Russie?
00:07:57
Yves Calvi_
Yves Calvi - édité par Marine Derquenne

Thierry Fabre est chef d'entreprise à Marseille dans le domaine de la peinture. Il était amené à commercer avec la Russie et Ukraine qui font d'ailleurs partie de ses premiers clients. Depuis le début de la guerre en Ukraine, de nombreuses sanctions économiques ont été prises envers la Russie, amenant de facto les entreprises françaises à ne plus pouvoir exporter leurs produits en Russie. "Je ne comprends pas cette situation" déclare Thierry Fabre. Il le vit comme une injustice, lui qui a sa propre équipe sur place en Russie : "ça fait trente ans que j'ai fait des efforts considérables pour être implanté en Russie, nous avons une collaboratrice à Moscou [...] pour nous aider à développer notre marque" et "subitement, on n'aurait plus le droit de vendre nos produits en Russie".
 
Il n'a aucune information sur une potentielle interdiction de commercer avec les russes, assurant qu'"à ce jour c'est un flou absolu pour moi", mais ce qui est sûr c'est que "le fait d'avoir bloqué le Swift empêche nos clients en Russie de nous payer". Il explique que "nous avons trois commandes bloquées à l'usine" car les russes ne peuvent pas les payer. Sur 100% de son chiffre d'affaires annuel, le commerce avec la Russie correspond entre 15 et 20% de celui-ci. C'est donc un énorme manque à gagner pour son entreprise. "On a traversé la crise covid donc on sait ce que c'est que de vivre dans la tempête mais ça rajoute une couche en plus dans les problématiques des PME et ça, je ne comprends pas" regrette-t-il.

Fallait-il empêcher les entreprises françaises de commercer avec la Russie ?

"Aujourd'hui, la préoccupation de nos décideurs politiques, c'est d'essayer de voir par quels moyens ils pourraient convaincre Vladimir Poutine de faire marche arrière" explique l'économiste Sylvie Matelly. "Il n'y a même pas besoin d'empêcher des livraisons dans certains pays : la mise en place du système swift, c'était déjà signer l'arrêt des activités de petites et moyennes entreprises vers la Russie parce que vous seriez dans l'incapacité de vous faire payer" explique-t-elle. S'il fallait le faire ou non, "c'est une véritable question mais ce qui est certain c'est qu'on ne pouvait pas rester sans agir face à cette agressivité de la Russie car comme c'est souvent expliqué, on ne sait pas jusqu'où ca va aller" .

Les conséquences économiques vont être chèrement payées par nos PME et le consommateur Français mais ne voit pas ce qu'on aurait pu faire de différent.

Sylvie Matelly, économiste

Sylvie Matelly reconnaît que les "victimes collatérales de cette situation vont être les entreprises chez nous, en Russie mais aussi les citoyens et les consommateurs". Malgré cela, elle assure que "nous sommes obligés de le faire, c'est le sens de l'histoire. On ne peut pas laisser ça sans réagir" d'autant plus que "si nous n'agissions pas à ce moment-là, la situation pouvait encore durer plus longtemps".

"Les conséquences économiques vont être chèrement payées par nos PME et le consommateur Français mais ne voit pas ce qu'on aurait pu faire de différent" déclare Sylvie Matelly, espérant toutefois "qu'il y aura des accompagnements à ces mesures". Thierry Fabre n'attend "pas de soutien mais une logique : ce n'est pas en interdisant les russes d'acheter une peinture à Marseille que ça va les empêcher d'acheter une peinture ailleurs". Selon lui,  "c'est un coup politique mais ca n'apportera rien à l'économie".

Vladimir Poutine a menacé d'adopter un décret pour interdire le départ des entreprises étrangères. D'après l'économiste, le chef d'État russe "essaye par tous les moyens de conserver l'activité sur son territoire et d'éviter des fuites de capitaux supplémentaires".  

La rédaction vous recommande

L’actualité par la rédaction de RTL dans votre boîte mail.

Grâce à votre compte RTL abonnez-vous à la newsletter RTL info pour suivre toute l'actualité au quotidien

S’abonner à la Newsletter RTL Info

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.