1 min de lecture Agriculture

Glyphosate : un site internet créé pour aider les agriculteurs à s'en passer

Sur "glyphosate.gouv.fr", les agriculteurs qui ont choisi de se passer de l'herbicide pourront partager leurs pratiques alternatives et ainsi inciter leurs collègues à leur emboîter le pas.

Un agriculteur français asperge son champs avec du glyphosate, l'herbicide produit pas Monsanto.
Un agriculteur français asperge son champs avec du glyphosate, l'herbicide produit pas Monsanto. Crédit : Jean-Francois MONIER / AFP
Léa Stassinet
Léa Stassinet
et AFP

Concernant l'épineux sujet du glyphosate, le gouvernement a préféré jouer la carte du volontariat plutôt que celle de la contrainte. C'est pourquoi l'État a lancé jeudi 22 novembre un site internet déclaratif baptisé glyphosate.gouv.fr, sur lequel les agriculteurs qui ont choisi de se passer du puissant herbicide pourront partager leurs pratiques alternatives et encourager les autres à le faire. 

"L'objectif du président de la République est d'essaimer les bonnes pratiques, d'être responsabilisateur et être dans la dynamique du changement", selon les conseillers de la présidence, pour qui "rien n'est plus convaincant que l'exemple d'un voisin". Le site vise également à fédérer dans les départements les agriculteurs qui ont besoin d'un accompagnement, a précisé l'Elysée.  

L'exécutif espère ainsi créer une "dynamique de progrès" autour de ces initiatives individuelles pour aboutir à une sortie du glyphosate dans les trois ans, comme s'y est engagé le président de la République, qui avait par ailleurs indiqué à plusieurs reprises que dans certaines cultures, il serait très difficile de se passer de l'herbicide controversé. 

La une du site glyphosate.gouv.fr.
La une du site glyphosate.gouv.fr. Crédit : Capture d'écran / www.glyphosate.gouv.fr

Le gouvernement et le parti présidentiel se sont ainsi opposés à l'inscription dans la loi de la fin du glyphosate, comme le réclamaient les défenseurs de l'environnement et l'ex-ministre Nicolas Hulot. En revanche, le gouvernement va demander à l'Agence nationale de sécurité sanitaire de s'opposer aux autorisations de mise sur le marché (AMM) de produits au glyphosate "pour les usages pour lesquels des alternatives sont avérées", a indiqué François de Rugy, le ministre de la Transition écologique, le 8 novembre dernier. 

À lire aussi
Un tracteur (illustration) pesticides
Pesticides : des tracteurs innovants et des drones pour en mettre moins

Cela devrait concerner 90% des surfaces agricoles, pour lesquelles des solutions existent, selon l'Élysée, mais "sur 10% des surfaces il y a des impasses sur lesquelles il faut mobiliser la recherche, comme pour les vignobles en très forte pente ou les légumes en plein champ".  

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Agriculture Exploitations agricoles Glyphosate
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants