1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. "Gilets jaunes" : pour calmer la grogne, la majorité soigne sa communication

"Gilets jaunes" : pour calmer la grogne, la majorité soigne sa communication

"Il y aura eu un avant et un après 'Gilets jaunes'", a confié une porte-parole de La République en Marche.

Logo de La République En Marche
Logo de La République En Marche
Crédit : Bertrand GUAY / AFP
"Gilets jaunes" : pour calmer la grogne, la majorité soigne sa communication
03:28
Rassemblement national : Jordan Bardella a la faveur de Marine Le Pen
03:42
"Gilets jaunes" : pour calmer la grogne, la majorité soigne sa communication
03:28
Pauline de Saint-Remy
Pauline De Saint-Rémy
Journaliste

Au petit matin de ce vendredi 21 décembre, les "mesures d'urgence" pour répondre à la crise des gilets jaunes ont été adoptées à l'Assemblée nationale. Au sein de la majorité, on respire un peu, mais on travaille désormais à la communication.

C'est par exemple cette députée de premier plan à qui l’on a conseillé d’enlever quelques bijoux un petit peu trop voyants pour ses passages à la télévision. C’est cet autre membre de la majorité, un homme, dont beaucoup disent tout bas qu’il ferait mieux de délaisser ses costumes un peu trop chics, ou encore cette élue du Val-de-Marne, membre de la commission des Affaires sociales, qui a pris l’initiative de rédiger des éléments de langage à destination de ses collègues, pour expliquer en quoi consiste exactement l’extension de la prime d’activité pour les salariés au SMIC, exemples à l’appui. Manque de chance, le document fait 5 pages, mais l’intention était là.

"Il y aura eu un avant et un après 'Gilets jaunes'", m’a confié une porte-parole du groupe. "Je vais suivre mes intuitions beaucoup plus dans l’expression. Ça fait des mois que je suis mal à l’aise avec la sémantique. Mal nommer les choses ajoute à notre déconnexion. J’ai retiré le vernis. Faut qu’on soit beaucoup plus nous-mêmes".

Si certains soignent leur authenticité.. Au parti La République en Marche, comme l’a révélé LCI, une plateforme en ligne va être mise à disposition des adhérents (qui sont 400.000 en théorie, ndlr) pour leur apprendre à défendre l’action d’Emmanuel Macron et même à répondre aux critiques et aux accusations les plus fréquentes. Du côté de l’Élysée, le chef de l’État a répondu hier aux signataires de la pétition contre la hausse des prix des carburants, pétition à l’origine du mouvement, sur la plateformechange.org. "En m’interpellant par cette pétition vous avez fait un acte citoyen. Ce dialogue, si vous en êtes d'accord, je souhaite le poursuivre", peut-on lire. Une initiative inattendue signée Ismaël Emelien et dont le sous-titrage est clair et tient en deux mots : humilité, et dialogue donc.

Les plus

À lire aussi

Brice Hortefeux a rendez-vous avec Christophe Castaner pour le petit-déjeuner. C’est quasiment une tradition pour les locataires de la place Beauvau, qui entretiennent souvent avec leurs prédécesseurs à ce poste éprouvant des relations cordiales et même parfois complices, et ce quelle que soit leur couleur politique. À noter que le ministre de l’Intérieur a l’intention de recevoir plusieurs de ses prédécesseurs. Certains évoqueront peut-être avec lui la fin de la protections à vie systématique des anciens ministres de l’Intérieur… Mais sans doute pas son ex-camarade socialiste, l’ancien Premier ministre Bernard Cazeneuve, dont il dit lui-même en privé, qu’il ne "peut pas imaginer" qu’il lui ait succédé.

On ironise, dans le premier cercle d'Emmanuel Macron, à propos de François Bayrou. Le patron du MoDem qui murmure à l’oreille du président de la République le fait un petit peu trop savoir au goût de certains. "Avec lui, on n’est jamais à l’abri d’une fulgurance", ironise un tout proche du chef de l’État, historique du mouvement. "À chaque fois qu’il parle, il y a toujours une sorte de sous-bassement qui dit 'Si c’était moi, ce serait mieux'. C’est un peu facile". Alors à quel jeu joue le maire de Pau ? À en croire un visiteur du soir du chef de l’État, ça ne fait pas un pli : "Bayrou ? Il attend la catastrophe. Et qu’on lui confie le soin de constituer un gouvernement d’union nationale".

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/