1. Accueil
  2. Actu
  3. Politique
  4. "Gilets jaunes" : Emmanuel Macron hué lors d'une visite surprise au Puy-en-Velay
1 min de lecture

"Gilets jaunes" : Emmanuel Macron hué lors d'une visite surprise au Puy-en-Velay

Le président de la République a rendu visite mardi 4 décembre à la préfecture du Puy-en-Velay, qui avait été incendiée samedi après un rassemblement de "gilets jaunes".

Des "gilets jaunes" devant la mairie du Puy-en-Velay le 17 novembre 2018
Des "gilets jaunes" devant la mairie du Puy-en-Velay le 17 novembre 2018
Crédit : Thierry Zoccolan / AFP
William Vuillez & AFP

Le président de la République s'est rendu à la préfecture du Puy-en-Velay en Haute-Loire ce mardi 4 décembre. Il était venu "témoigner personnellement et directement de son respect et de son soutien aux agents après l’incendie d’une partie des locaux préfectoraux", a indiqué son entourage.

Selon l'Élysée, le chef de l'État s'est adressé à "la centaine d'agents présents (...) en leur disant partager leur tristesse mais en leur demandant de la transformer en fierté : fierté d'être au service des Français et de l'intérêt général, et d'avoir fait preuve samedi d'un courage sans faille".

À sa sortie de la préfecture, Emmanuel Macron a été hué et insulté par une vingtaine de manifestants. Un autre groupe de personnes revêtant des "gilets jaunes", apparemment plus nombreux, l'attendait aussi à la sortie du groupement de gendarmerie où le chef de l'État s'est rendu ensuite. 

12 personnes interpellées

L'incendie s'était déclaré samedi après un rassemblement de "gilets jaunes" où 12 personnes ont été interpellées. Des individus avaient lancé des projectiles enflammés de type cocktail Molotov déclenchant des feux dans la préfecture et dans d'autres locaux administratifs voisins. Ces manifestations ont empêché dans un premier temps les camions de pompiers d'arriver sur les lieux.

À lire aussi

Le déplacement du président intervient alors qu'Édouard Philippe a annoncé la suspension de plusieurs mesures fiscales. Le Premier ministre souhaite "ramener l'apaisement" dans la crise de plus en plus aiguë des "gilets jaunes", mais sans convaincre ni l'opposition, ni les protestataires.

La rédaction vous recommande

Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires.
Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Signaler un commentaire

En Direct
/